The Divine Comedy - La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)

le 14/10/2006

The Divine Comedy - La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand)

« It’s not time for small talks ! It’s time to Rock’n Roll ! »

Neil Hannon et sa Divine Comedy venaient en Auvergne faire vivre les titres de leur dernier album, Victory For The Comic Muse . Les spectateurs venus nombreux ont eu droit à un véritable Best Of.

The Duke Special, duo irlandais composé de Temperence Society Chip Bailey, batteur precussionniste, et de Duke au chant et piano, eut la lourde tache de faire patienter le public. Pendant une demi-heure, on eut droit à de la pop troubadour, sorte de mélange musical de Tom Waits pour l’architecture des chansons, de Rufus Wainwright pour le timbre de voix et de Simply Red pour le look. Les morceaux étaient sans prétention, certes pas très originaux mais sans être désagréables aux oreilles : au final, ils conquièrent une bonne partie du public.

Après les accordements d’usage, les 7 musiciens prirent possession de la scène et lancèrent l’intro de Mother Dear pendant que Neil Hannon rentra sur scène, en costume, caché derrière ses lunettes de soleil : la classe par excellence.

Pendant près d’une heure trois quart, le concert proposa un mélange savoureux de toute la discographie du groupe. Les morceaux du dernier album en date, prirent une dimension moins orchestrée mais plus rock et énergique. Ils n’en perdirent pas pour autant leur charme. Ils cotoyèrent facilement les plus vieux titres (Daddys Car, Tonight We Fly,...) qui, nous avons pu le constater avec notre plus grand plaisir, n’ont pas pris une ride. Les morceaux de Divine Comedy seraient donc intemporels, comme le signe d’un songwriting de qualité ? Mais, cela, nous le savions déjà, et depuis très longtemps.

Cet auteur de talent (qui a parlé de génie pop ?) fut également un homme drôle et attachant qui communia facilement avec le public que ce soit lors des introductions des titres ou pour prendre sa pause cigarette.

La standing ovation unanimement donnée à la fin par le public au groupe fut une chose normale et logique, comme une simple manifestation d’ « un merci et à bientôt ! »

Setlist :
Mother Dear
Becoming More Like Alfie
Bad Ambassador
The Light Of The Day
When The Lights Go Out All Over Europe
Generation Sex
Lady Of A Certain Age
Something For The Weekend
Diva Lady
Your Daddys Car
The Plough
Mastermind
Threesome
Don’t Look Down
Arthur C Clarke’s Mysterious World
Our Mutual Friend
Tonight We Fly

Rappel :
To Die A Virgin
National Express
Sunrise


( JohnSteed )

 


On recommande également :


Ce soir chez Neil Hannon, c'est indie disco.

Le problème quand Neil Hannon décide de se séparer de Parlophone et de publier un album sans grand fracas promotionnel sous le label Divine Comedy Records, c’est que trois jours avant sa sortie on ne sait toujours pas vraiment ce qu’il en est. Ainsi, tout au plus connait-on de ce Bang Goes The Knighthood, auto-produit et enregistré entre Dublin (...)



Chroniques // 26 octobre 2016
The Divine Comedy

Petit retour en forme de l’un des plus grands songwriters, mélodistes et arrangeurs du dernier quart de siècle, Foreverland nous rappelle que certaines histoires d’amour durent toujours... même avec un groupe dont les plus belles heures appartiennent vraisemblablement à (...)




The Divine Comedy - Norman and Norma - PRYZM, Kingston, 5/6/19

Divine Comedy - Norman and Norma (Live on The Chris Evans Breakfast Show with Sky)

The Divine Comedy - Norman and Norma

The Divine Comedy - Queuejumper

The Divine Comedy - Something For The Weekend (live at at The Sage, Gateshead, 31/12/2018)

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 15 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends