Yo La Tengo - Fade

1. Ohm Voir la vidéo Yo La Tengo - Ohm
2. Is That Enough Voir la vidéo Yo La Tengo - Is That Enough
3. Well You Better
4. Paddle Forward
5. Stupid Things
6. I’ll Be Around Voir la vidéo Yo La Tengo - I’ll Be Around
7. Cornelia and Jane
8. Two Trains
9. The Point of It
10. Before We Run Voir la vidéo Yo La Tengo - Before We Run

2013 - Matador

Sortie le : 14 janvier 2013

Fade, Yo La Tengo pas prêt de s’effacer

À la croisée des chemins ouverts par le Velvet et empruntés par Sonic Youth, Death in Vegas et bien d’autres, voilà plus de vingt-cinq ans que le trio d’Hoboken (New Jersey) trace sûrement sa route dans l’indie rock américain. Né le 14 janvier dernier en dix titres et quarante cinq minutes, Fade est le dernier album de Yo La Tengo, figure de proue du respecté label de rock indépendant basé à New York, Matador. Considéré par le label comme l’un des plus personnels et des plus cohérents, Fade trouve tant bien que mal, et même plutôt bien sa place entre les classiques I Can Hear the Heart Beating as One (97) et And Then Nothing Turned Itself Inside Out (2000), souvent considérés comme deux des meilleurs du trio mais il faut dire qu’Ira Kaplan (guitare, clavier, chant), Georgia Hubley (batterie, chant) et James McNew (basse) traînent une sacrée discographie !

Sur ce nouvel opus le trio s’est par ailleurs offert la collaboration du producteur John McEntire, plus connu pour ses activités (claviers et batterie) au sein du groupe de post-rock Tortoise mais aussi pour les nombreux artistes indé qu’il a produits au sein de son studio Soma à Chicago (Bright Eyes, Stereolab ou Teenage Fanclub).

Harmonieuse orchestration de mélodies pop, d’énergie rock et d’élégance noisy, et parce qu’il faut croire qu’on ne déroge pas aux bonnes habitudes quand elles sont si bien ancrées, Fade est un album cohérent, fait de richesse et d’harmonie tant humaine qu’instrumentale, avec une bonne présence des guitares et claviers et la part belle aux mélodies, mélancolique et plutôt downtempo dans l’ensemble, batterie tribale aux relents noisy sur quelques titres ; niveau lyrics, des textes simples et profonds évoquant drames personnels, réflexions sur la vie et les liens affectifs. Malgré ce beau tableau l’écoute n’accroche peut-être pas autant qu’on voudrait, jamais tant que sur le somptueux Before We Run en tout cas, dernière piste et, dans une moindre mesure, sur Ohm, électrique (!) ouverture aux relents psych noise tandis que le reste de l’album, plus linéaire, moins ample, peut être moins fort en émotions ou alors moins expansives, se contentera de naviguer entre la douceur smoothie d’un Is That Enough, la pop psychédélique d’un Well You Better ou la mélancolie acoustique d’un I’ll Be Around. Mais Yo La Tengo est un navigateur avisé : vous pouvez embarquer.


( mag? )









Disques - 14.11.2012 par Riton
 


Articles // 23 janvier 2020
2019 en concerts à la sauce Riton

48 concerts, 133 artistes ou groupes, 20 lieux, 3 pays : une année 2019 encore une fois bien fournie. A défaut d’un live report systématique, c’est l’heure du bilan : un top des 17 artistes m’ayant le plus particulièrement marqué, non sans déchirement face à l’obligation d’écarter de superbes moments (la beauté des compositions de Laetitia Sadier en solo, (...)



News // 28 juillet 2009
Yo La Tengo bientôt populaire

Ira Kaplan, Georgia Hubley et James McNew, toujours avec l’appui de leur producteur de longue date Roger Mountenot (Rogue Wave, Sleater-Kinney, The Pierces...), signeront leur retour discographique en septembre prochain avec un 12ème album, le septième à paraître chez Matador Records. L’occasion de retrouver, avant leur unique concert en France au (...)