Talvihorros / Ekca Liena - Swarm With Swarms

1. Talvihorros - Swarm With Swarms
2. Talvihorros - Across the Expanse Of The Heavens
3. Ekca Liena - Ennui Refined Room
4. Ekca Liena - Air Did Mimic Erosions
5. Ekca Liena - Delatinised

2012 - TQA Records

Sortie le : 31 août 2012

Deux sculpteurs de matière sonore refont l’Univers

On retrouvait fin août au générique de ce split pas encore tout à fait sold out du côté de TQA deux des espoirs montants de l’ambient à guitare d’aujourd’hui. D’un côté le discret Ben Chatwin enfin exposé comme il le mérite depuis sa signature chez Denovali qui vient de rééditer ses deux premiers LPs, mention toute particulière à l’onirique Some Ambulance même si le Londonien nous a habitués depuis à des chapes de drones autrement plus sismiques et abrasives. En atteste d’ailleurs ici un diptyque d’intro proprement colossal dont les contrastes saisissants et autres frottements tectoniques à faire trembler vos enceintes, vos murs et les fondations de votre immeuble avec, doivent beaucoup à l’évolution dramaturgique du récent Monuments And Ruins enregistré avec Damian Valles. Deux morceaux emboîtées évoquant la Genèse et sur lesquels souffle une tempête d’Éternité, les bourrasques de la Création burinant le Chaos originel dans le bouillonnement crépitant de leurs tsunamis statiques jusqu’à façonner la cartographie désertique d’un monde en devenir.

Quant à l’Anglais Ekca Liena dont la productivité déjà remarquée dans nos pages l’avait vu collaborer plus tôt dans l’année avec Spheruleus chez Home Normal en attendant le split annoncé de Plurals - son combo de drone noisy et transcendantal - avec l’omniprésent Aidan Baker, il se charge des trois morceaux suivants et fait lui aussi très forte impression. D’abord dans la veine plus hypnotique qu’on lui connaît, le fourmillement sans fin des infimes variations texturelles et mélodiques d’Ennui Refined Room semblant suggérer la lente transformation de ce futur berceau de l’existence, puis dans la déferlante corrosive d’Air Did Mimic Erosions, véritable tempête de bruit blanc aux allures d’apocalypse météoritique. Une catastrophe nécessaire au bond d’évolution de Delatinised où accords acoustiques, percussions d’objets et nappes synthétiques parviennent finalement à s’extraire du magma en fusion pour esquisser une première vision d’équilibre cosmologique, les marées océaniques venant lécher la terre calcinée au rythme immuable du ballet des astres et peu à peu lui rendre vie, à nos oreilles ébahies.


( RabbitInYourHeadlights )

Disques - 10.09.2012 par RabbitInYourHeadlights
 


2020, un bilan non essentiel - Part 4/5 : Albums #11 à 30

Avant-dernière partie et place aux inclassables, aux marottes, aux favoris maison qui n’en sont pas à leurs premiers méfaits dans nos pages, pour preuve certains m’ont même légèrement compliqué la tâche en sortant deux voire trois albums tout bonnement impossibles à départager en ce cru 2020, la palme à William Ryan Fritch qui parvient à placer trois (...)



Le streaming du jour #1956 : Ben Chatwin - 'Staccato Signals'

Particulièrement cinématographique et futuriste tout en restant fidèle au goût de l’Écossais pour les nappes organiques et les arrangements poignants de véritables instruments (cordes, piano et cuivres en tête), le Ben Chatwin nouveau est une symphonie de pulsations craquelantes, d’orchestrations stellaires et de synthés analogiques vastes comme (...)