Jonny Greenwood, du sang frais pour P.T. Anderson

Après avoir fait appel par trois fois au compositeur, multi-instrumentiste et producteur Jon Brion (croisé notamment aux côtés de Eels, Kanye West, Spoon, Aimee Mann ou encore Rufus Wainwright et auteur en 2004 de la BO d’ Eternal Sunshine of the Spotless Mind pour Michel Gondry), avec pour point culminant l’extraordinaire bande originale du charmant Punch-Drunk Love en 2002, c’est à Jonny Greenwood que le cinéaste Paul Thomas Anderson a finalement confié l’an dernier la tâche de mettre en musique son nouveau long-métrage.

Intitulé There Will Be Blood , ce cinquième opus du talentueux réalisateur américain, librement adapté de la nouvelle Oil ! d’Upton Sinclair, semble renouer avec l’ambition de l’inégal Magnolia primé à Berlin en 2000 en narrant sur une fresque de près de 2h40 l’ascension, au tournant du XXème siècle, d’un riche prospecteur de pétrole misanthrope et sans scrupules (incarné par Daniel Day-Lewis, autant dire que ça promet...), et sa confrontation avec un jeune pasteur illuminé (Paul Dano) qu’il tentera de corrompre pour s’approprier les terrains de ses ouailles. Un film qui semble avoir mis tout le monde d’accord lors de ses premières projections en décembre dernier, les critiques américains le présentant déjà quasi-unanimement comme l’une des oeuvres cinématographiques majeures de la décennie.

Une nouvelle occasion pour le guitariste de Radiohead, quatre ans après une première tentative mi-sublime mi-poussive pour la bande originale du documentaire Bodysong , de laisser éclater en solo son amour pour la musique orchestrale du XXème siècle, de Messiaen à Penderecki. Piano atonal et cordes dissonantes sont ainsi les principales caractéristiques de cette oeuvre intense, majestueuse et torturée, enregistrée aux studios Abbey Road à Londres avec notamment l’orchestre de la BBC dont Greenwood est compositeur résident depuis 2003 et pour lequel il a déjà composé plusieurs pièces pour orchestre symphonique, piano et ondes Martenot (l’une d’entre elles, Popcorn Superhet Receiver, est d’ailleurs en partie reprise dans deux morceaux de la présente BO, Henry Plainview et Proven Lands).

Voici le tracklisting :

1. Open Spaces
2. Future Markets
3. Prospectors Arrive
4. Eat Him By His Own Light
5. Henry Plainview
6. There Will Be Blood
7. Oil
8. Proven Lands
9. HW/Hope Of New Fields
10. Stranded The Line
11. Prospectors Quartet

Distribuée par le label Nonsuch, la bande originale est disponible depuis le 17 décembre dernier, et a déjà valu à son auteur d’être élu "meilleur compositeur" aux Critics’ Choice Awards 2008, le 7 janvier. Le film, quand à lui, sortira le 18 janvier sur les écrans américains, et sur les nôtres le 27 février prochain.

Deux extraits, Proven Lands et HW/Hope Of New Fields, sont en écoute sur la page myspace de Jonny Greenwood.

News - 14.01.2008 par RabbitInYourHeadlights
 


News // 19 septembre 2017
Lift-ing pour Radiohead

Alors qu’une collaboration avec Hans Zimmer devrait déboucher sur la bande originale du Blue Planet II réalisé par David Attenborough, Radiohead semble décidément être dans une phase où les images comptent. Vingt ans après la composition d’un Lift finalement présent cette année sur OKNOTOK, réédition de l’anthologique Ok Computer, les Britanniques (...)



Chroniques // 23 février 2011
Radiohead

Il faut bien l’avouer, la sortie et la découverte d’un nouvel album de Radiohead n’est pas un événement comme les autres. C’est avec une certaine excitation et un peu de fébrilité que nous avons appris la grande nouvelle. Alors avant que les tonnes de chroniques déferlent de toutes parts, disséquant l’album sans vergogne, nous avons souhaité graver dans (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 6 juillet 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends