Trivo - Emoterapia

Internet ou l’assurance de ne plus voir un chef-d’œuvre passer entre les mailles du filet ? Ce type de sentiment de toute puissance aurait tendance à émerger. L’un des plus beaux bijoux de la décennie précédente nous était pourtant encore inconnu. A une époque où Megaupload existait encore...


1. Traccia 1 - Artista Sconosciuto
2. La Disciplina Delle Fermentazioni
3. Ratio Me Fugit
4. Ho Un Gatto Nel Cervello
5. The Darkest Side Of The Dark
6. Ho Bisogno Di Qualcosa Di Cui Non Ho Bisogno (Cocaina)
7. Tu Non Sei Normale
8. Nero
9. La Mia Donna E Un Pagliaccio Opulento
10. Talking To Van Vera
11. Perchè La Cattiveria E Enorme
12. Questa Non E Une Canzone
13. Phantazomai
14. La Ballata Dell’Elefante Suicida
15. Piccola Perdita Di Sostanza Polpastrello
16. Veronica Ha Un Virus
17. Kisstarsky

date de sortie : 04-08-2009 Label : Autoproduction

On parle là d’un album sorti en 2009. Une éternité à une époque où la hype du Printemps précédent est déjà oubliée. Trivo, on l’aura deviné au regard de la tracklist, est un artiste italien. Talentueux. Et il aurait toutes les raisons du monde de déplorer le fait que malgré son succès d’estime dans sa botte natale et dans le reste de l’Europe, notre bon vieil hexagone n’a pas encore daigné lui réserver l’accueil qu’il mérite.

"L’album peut se télécharger gratuitement depuis mon Myspace. Mais si quelqu’un veut posséder le CD, je lui demande 3 euros afin qu’il rembourse les frais d’impression. Sinon, je donne toutes mes chansons gratuitement". Avant même que l’on ne pose une oreille sur la galette, l’Italien marque des points.

Il présente de plus la particularité d’adopter une démarche atypique. Il lui a ainsi fallu six années pour produire seul ce petit bijou dont la majorité des morceaux a été écrite il y a quinze ans. Le natif de Foggia avait alors entre 17 et 20 ans. "Je me suis rendu compte que j’avais écrit mes meilleures chansons entre 17 et 20 ans, alors pour d’éventuels futurs travaux, j’irai fouiller dans cette période".

Mais venons-en au fond, puisque c’est bien ce qui constitue le bijou que l’on a sous la main. On ne saurait par où commencer pour rendre hommage à sa juste valeur à ce qui mériterait déjà d’être un classique absolu. Ratio Me Fugit, un des sommets de l’album, pourrait le symboliser à lui seul. Entre mélodies imparables et refrains volontairement crades, ce morceau "dont les percussions tribales ont été improvisées avec des bouteilles en plastique, des clés de porte et de la vaisselle" parle de schizophrénie.


Emoterapia est d’ailleurs sans doute quelque part un album schizophrène avec ses nombreux changements de rythme et les ruptures au milieu même de certains morceaux qui ne sont pas sans rappeler les expérimentations de Sparklehorse, principalement sur son chef-d’œuvre It’s A Wonderful Life.

Mais les artistes majeurs de ces vingt dernières années sont nombreux à être évoqués. La Disciplina Delle Fermentazi convoque tantôt, on l’a cité précédemment, Mark Linkous, mais aussi Rob Dougan, Archive (époque Londinium) ou même les Smashing Pumpkins. C’est d’ailleurs précisément en essayant de jouer le Today de la bande (alors) chère à James Iha que l’Italien a accouché de l’arpège introductif de Perchè La Cattiveria E Enorme. Cela dit, une atmosphère spleen-esque domine ce morceau là où, chez les Américains, des couples se galochant et des enfants commandant des glaces à Billy Corgan avaient pour décor un soleil de plomb.

C’est sans doute là la grande force de Trivo. Avec une facilité déconcertante, il joue avec les ambiances et jongle avec les influences. Celle de Mark Oliver Everett est évidente sur Ho Bisogno Di Qualcosa Di Cui Non Ho Bisogno, aussi bien pour les mélodies développées avec Eels que pour les expérimentations électroniques produites lors de la parenthèse MC Honky. Enfin, sur le Kisstarsky final, c’est aux sonorités islandaises que l’on pense en fermant les yeux et en se laissant guider, comme on le fera au final pendant ces trente-sept minutes.

"J’ai perdu l’envie de jouer. Emoterapia est le premier et pourrait être le dernier album de Trivo". On se prend alors à espérer, avant de réécouter cet authentique chef-d’œuvre, que cette prophétie s’avèrera inexacte. On prendra néanmoins soin de savourer le fait que cet album ait vu le jour. En 2005, la quasi-totalité des enregistrements avait été perdue lors d’une manipulation informatique. Trivo, après trois ans passés sur ce projet, avait alors décidé d’y renoncer...


Diffusé sous licence Creative Commons, Emoterapia est disponible en écoute et libre téléchargement sur Jamendo.


Chroniques - 15.03.2012 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Trivo sur IRM - Bandcamp