Le streaming du jour #209 : Dntel - ’Life Is Full Of Possibilities (Deluxe Version)’

Album à l’influence prépondérante sur tout un pan onirique et brumeux du glitch ambient et de l’électro analogique dans leur veine la plus mélodique, de Baths à ISAN en passant par aMute, Styrofoam ou les Français Octet, Life Is Full Of Possibilities fêtait le mois dernier ses dix ans.

L’occasion pour Sub Pop qui héberge Jimmy Tamborello depuis son association avec Ben Gibbard de Death Cab For Cutie au sein de The Postal Service (dont on attend toujours un deuxième opus régulièrement repoussé) de se réapproprier comme prévu ce chef-d’œuvre initialement paru chez Plug Research dans une édition Deluxe, remastérisée et agrémentée d’un second CD faisant la part belle aux versions alternatives et autres faces-B issues pour certaines de maxis de l’époque, du superbe Your Hill tout en pulsations élastiques et claviers lancinants à l’expérimental This Is How It Will Be All Over dont la déconstruction électro-acoustique contraste avec la mélancolie des orchestrations fugaces, en passant par Footprints et son espèce de drum’n’bass rêveuse où la basse serait remplacée par un synthé 8-bit.


Un CD bonus qui débute néanmoins sur une série de remixes du génial (This Is) The Dream Of Evan And Chan, première collaboration avec Gibbard au chant qui préfigurait justement The Postal Service et dont les versions présentées ici, une fois n’est pas coutume, réussissent le petit exploit de ne pas dénaturer l’esprit à la fois épique et rêveur de l’original. Mention toute particulière à Lali Puna dont la relecture instrumentale aux subtiles touches de clavier spleenétique porte l’inimitable patte hypnotique et désincarnée des Allemands, mais l’on n’oubliera pas pour autant de mentionner celle de l’Américain Safety Scissors avec Erlend Øye de Kings Of Convenience au chant, surprenante avec ses faux-airs de dubstep avant l’heure.

Plus loin, l’envoûtant et transi Anywhere Anyone avec la grande Mia Doi Todd au micro subira par trois fois le même traitement, dont un assaut très progressif par Nobody à coups de beats hip-hop aux saturations sismiques qui vient démontrer s’il était encore besoin, en parallèle avec l’inédit Sorry, à quel point l’héritage de Dntel - invité récurrent de la radio Dublab et des soirées Low End Theory - apparaît aujourd’hui capital du côté des rénovateurs californiens de l’abstract hip-hop versant stellaire et nébuleux.


A écouter également sur Deezer ou Spotify.


Streaming du jour - 12.11.2011 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Dntel sur IRM - Myspace

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 13 juillet 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends