Le streaming du jour #531 : Chris Weeks - ’A Haunting Sun’ & Kid606 - ’Lost In The Game’

Grandeur et décadence de l’ère numérique qui met les créateurs de tous horizons sur un pied d’égalité en terme de diffusion et condamne pourtant nombre de talents insondables à se noyer dans la masse des sorties digitales : et si l’auteur du plus bel album d’ambient de cette année 2012 n’avait à ce jour que 23 followers sur facebook ?

Non pas que Chris Weeks soit le dernier des inconnus pour autant, lui que l’on avait pu croiser à plusieurs reprises au catalogue du label écossais Herb Recordings avec l’ambient luxuriante et nostalgique de Kingbastard ou la dream-pop lo-fi mais tout aussi fervente de Myheadisaballoon (cf. le charmant Pop Goes The People ! sorti cet été), deux projets guère plus exposés mais qui auront au moins valu à l’Anglais basé au Pays de Galles l’attention d’un certain Kid606, lequel publie aujourd’hui ce premier LP enregistré sous son véritable patronyme via la toute jeune structure jumelle de son label électro Tigerbeat6 : Nibbana, étiquette consacrée cette fois au drone et à l’ambient minimaliste dont on sait le San-Franciscain friand depuis les expérimentations analogiques du fabuleux Songs About Fucking Steve Albini en 2010.

L’occasion d’une petite digression autour du touche-à-tout Miguel De Pedro puisque l’enfant terrible du breakcore vient de s’attaquer à la chillwave avec un nouvel album plutôt réussi, dans la foulée de son EP Gimme Summer du mois dernier qui culminait sur une relecture aussi vaporeuse qu’oppressante du titre éponyme par Xiu Xiu. Ça s’appelle Lost In The Game, c’est psyché à souhait, nappes et distorsions oniriques sur fond de beats narcotiques au programme et une fois de plus le Californien, coutumier des références barrées à la culture indé, nous gratifie du titre de morceau le plus saugrenu de l’année en ouverture avec Godspeed You African American Emperor, justement remixé ici en mode banger par... Kingbastard :


Quant au fameux A Haunting Sun qui nous enthousiasme tout particulièrement en ce début d’automne, il voit Chris Weeks délaisser les rêveries acoustiques, envolées lyriques et autres mélodies vocales noyées dans la réverb’ du bien-nommé Beautiful Isolation ou les boucles enivrantes du plus glitch et tout aussi superbe Lost Property de cette année pour en creuser la dimension méditative et texturée au gré d’un ballet abstrait où drones solaires, vagues digitales, field recordings et artefacts instrumentaux déferlent avec autant de puissance que de délicatesse.

Une marée monumentale brillant par l’ampleur de son rayonnement quasi métaphysique comme par son attention aux détails les plus microscopiques, qui semble vouloir restaurer dans un même mouvement d’éternité les images d’une réalité depuis longtemps évaporée à l’instar des fenêtres en "verre lent" de l’auteur de SF britannique Bob Shaw dont le roman Les Yeux du Temps aurait d’une certaine manière inspiré l’atmosphère de mélancolie immatérielle qui irrigue ces 73 minutes un peu hantées de grâce en clair-obscur, quelque part entre Pimmon et Stephan Mathieu pour les connaisseurs.


Streaming du jour - 29.09.2012 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Kid606 sur IRM - Myspace
Chris Weeks sur IRM - Bandcamp
Kingbastard sur IRM - Bandcamp
Myheadisaballoon sur IRM - Bandcamp

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 22 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends