Colin Stetson & Sarah Neufeld - Never Were The Way She Was

1. The sun roars into view
2. Won’t be a thing to become
3. In the vespers
4. And still they move
5. With the dark hug of time
6. The rest of us
7. Never were the way she was
8. Flight

2015 - Constellation

Sortie le : 28 avril 2015

Un continent secret entre violoncelle et saxo

Mise en commun des talents de deux solistes, Never Were The Way She Was réunit le langage pachydermique du saxophoniste Colin Stetson et la vigoureuse grâce de la violoncelliste Sarah Neufeld pour un moment inédit de minimalisme sensible. Sur une trame tissée de motifs répétés, les morceaux s’étirent dans des réseaux noueux que la durée grossit. Des paysages se dessinent, baignés de la douce luminosité d’un crépuscule d’automne. C’est un parc jonché d’arbres mélancoliques d’où le vent disperse des ribambelles d’éclats multicolores. Mais tout est plongé dans l’ombre. Et au détour d’une variation au sein du motif mélodique, c’est tout ce paysage qui revient, identique, mais dans une tout autre teinte.

On rampe aussi parfois dans des étendues marécageuses, comme avec With The Dark Hug of Time, où la nostalgie a laissé place à une inquiétante étrangeté. Les cris étouffés de Stetson dans le conduit cuivré précèdent un chant spectral, timidement entonné par une Sarah Neufeld espiègle. Moment de suspens avant qu’une locomotive, sur The Rest of Us, perce le brouillard. Roulant sur une boucle percussive, produite par le tintement des clés du saxophone, le train traverse de nouveaux panoramas, lugubres ou étincelants. Le voyage se termine sur une vallée déserte, au silence tranquille et assourdissant. Un finale apocalyptique mais zen.

Never Were The Way She Was est le dernier ovni produit par Constellation. Après la trilogie remarquée, New History Warfare, de Colin Stetson (2007-2013), et Hero Brother, le premier album solo de Sarah Neufeld en 2013, échappée d’Arcade Fire, le label canadien offre une nouvelle opportunité de découvrir un continent secret, fait de musique live, improvisée, à la fois charnelle et spirituelle, tendre et rugueuse, toujours aventureuse. La combinaison de ces deux instruments chauds et puissants que sont le violoncelle et le saxophone ténor donne ici lieu à une variation d’ambiances et de textures qui dépasse l’imagination, tout en la sollicitant, permettant en chacun un moment unique de cinéma mental. Ne laissez pas votre curiosité indigente, offrez-vous ce morceau de bravoure intemporel !


( Le Crapaud )

Disques - 25.02.2015 par Le Crapaud
 


Rabbit's 66 favourite records of 2016 - part 2/3

Aux prises avec la procrastination, j’aurai mis le temps pour accoucher de ce second tiers de bilan, le plus varié des trois, avec du culte, de l’obscur et même un peu de connu (mais tout est relatif), des labels réputés, des petites structures maison et de l’autoproduction, de l’indie pop/rock, du hip-hop, de l’électro/abstract, du modern (...)



Colin Stetson a vu de la lumière

Après avoir joué les canards qu’on égorge avec Mats Gustafsson le temps du duo de saxos strident et dépouillé de l’album Stones sorti en novembre chez Rune Grammofon, c’est chez Constellation que Colin Stetson reprendra son exploration des frontières entre free jazz, drone, musique industrielle et pop le 30 avril prochain avec le successeur de (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 11 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends