Rival Consoles - Night Melody EP

1. Pattern Of The North
2. Johannesburg
3. Slow Song
4. Lone
5. Night Melody
6. What Sorrow

2016 - Erased Tapes

Sortie le : 5 août 2016

Avec cet EP généreux - ou mini-album si l’on veut -, l’Anglais Ryan Lee West s’impose enfin dans un style qui lui est propre. Post house sismique, aéro dubstep en fusion... on lui cherche encore un nom.

Il y avait eu l’IDM malaisante, incandescente, déliquescente (The Decadent EP) titubant dans les pas de géant d’Aphex Twin, Squarepusher et Autechre, le clubbing minimalisme et décadent à la Mr Oizo (Kid Velo), puis l’électronica housy au lyrisme onirique à la croisée de Jon Hopkins et Caribou (Sonne), autant dire que si l’on recommandait volontiers le pensionnaire du label Erased Tapes (dont il fait quelque peu office de vétéran avec pas moins d’une dizaine de sorties en neuf ans) pour l’efficacité à taille humaine d’une musique définitivement plus élégante que n’importe quel banger de dancefloor, il brillait déjà un peu moins par son originalité.

Totalement zappé l’an dernier dans ces pages et c’est dommage, Howl avait pourtant entrepris de creuser l’envers du sillon de Sonne en insufflant une bonne dose d’urgence hypnotique dans sa dynamique house et aussi pas mal d’anxiété texturée dans ses rêveries éthérées, empruntant au post-dubstep autant qu’au revival kosmische avec force synthés analogiques vintage. Une démarche dont naquit alors son plus beau disque et que perpétue aujourd’hui cet excellent Night Melody, encore meilleur car quasi totalement purgé de l’hédonisme encore saillant dOdyssey et Sonne, sur six titres qui finissent par ne plus ressembler à autre chose qu’à eux-mêmes.

Les nappes organiques de textures vacillantes (Slow Song) ou crépitantes (Night Melody) et autres pulsations tantôt hypnotiques (Pattern of the North), polyrythmiques et syncopées (Lone) ou plus libertaires et virevoltantes (Johannesburg) s’y intensifient à chaque fois en un crescendo viscéral et ardent auquel rien ne peut résister, et avec ses flots de beats martelés sur fond de lames de bruit blanc et d’arpeggiators rétro-futuristes, What Sorrow clôt le disque sur un paroxysme embrasé dont le bouillonnement magmatique n’a rien envier ou si peu au post-rock synthétique et noisy du génial Terminal Sound System, une entrée en bonne et due forme dans la cour des grands pour Rivale Consoles.


( RabbitInYourHeadlights )

Disques - 31.07.2016 par RabbitInYourHeadlights
 


Le streaming du jour #1183 : Rival Consoles - 'Sonne EP'

L’Anglais Ryan Lee West a beau avoir déçu nos espoirs d’héritage Warpien, Sonne a tout ce qu’il faut pour réchauffer les cœurs des déçus du nouveau Caribou avec son électronica housy et sensuelle aux fourmillements bucoliques hors du temps.



Chroniques // 27 mai 2008
Rival Consoles

En décembre dernier, quelques mois après l’EP Vemeer enregistré sous le pseudo Aparatec et ses beats à la Squarepusher sur fond de mélancolie synthétique, le jeune Ryan Lee West transformait l’essai. A tout juste 21 ans, c’est donc sous le nom de Rival Consoles que sévira désormais ce musicien anglais originaire de Leicester, que certains présentent (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 20 août 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends