Le streaming du jour #1677 : Library Tapes - ’Komorebi’

Avec le projet Library Tapes, David Wenngren se montre particulièrement prolifique si bien que nous étions passés à côté de deux des trois sorties qu’il a réalisées l’an dernier, à savoir le second volet de Sketches, Outtakes & Rarities et la bande originale du documentaire Europe, She Loves de Jan Gassmann décrivant autant le parcours de couples basés entre Séville et Thessalonique qu’offrant un regard distancié et désabusé sur la jeunesse européenne.

En plus de cette intense productivité, David Wenngren est du genre taquin. Les sentiers préétablis ne l’intéressent pas. Aussi, lorsqu’il compose un nouveau disque découpé en cinq parties, il prend soin de mélanger celles-ci selon un agencement défiant toute logique.

Sur le très court - 19 minutes seulement - Komorebi, c’est donc Komorebi Pt. 5 qui ouvre le bal avec ses cordes désarmantes répondant à un piano cristallin, avant de céder la place à Komorebi Pt 1, Pt 3, Pt 4 et Pt 2. Dans cet ordre.

S’agit-il d’une simple excentricité destinée à susciter la curiosité des fidèles, ou le Suédois propose-t-il une seconde lecture plus ou moins cachée du disque, invitant l’auditeur à recomposer les parties pour écrire une nouvelle trame narrative ? Avec un esprit aussi créatif et déroutant que celui de David Wenngren, difficile de le savoir.

Et qu’importe après tout, tant cette chronologie offre une structure tout à fait solide à Komorebi. Moins minimaliste que ses prédécesseurs, cette sortie oscille en permanence entre ambient minérale et néoclassique en retenue.

Loin des field recordings soutenant les vagabondages au piano de Höstluft et à distance raisonnable des improvisations maîtrisées de son sommet A Summer Beneath The Trees, David Wenngren dompte ici le temps en acceptant ce qu’un auditeur distrait pourrait considérer comme le surplace de boucles et thèmes répétitifs. Mais c’est dans les variations que réside le génie le Library Tapes et la magie ne tarde pas à opérer.

En clarifiant ses sonorités - à l’exception des granulations du Pt 2 final - Library Tapes se rapproche ainsi d’Akira Kosemura, récente prise de 1631 Recordings, le Japonais s’invitant sur la récente Piano Cloud Series du label co-fondé par le Suédois qui semble de plus en plus porter son regard vers l’Orient.

Le komorebi est en effet un concept japonais consistant à saisir une brève image où les rayons du soleil subliment un décor naturel. Précisément ce qui transparaît dans la musique de Library Tapes sur Komorebi  : la soudaineté de l’instant, la nature, la lumière. Et la majesté.


Streaming du jour - 25.09.2017 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Library Tapes sur IRM - Myspace - Bandcamp