Christoph De Babalon - Hectic Shakes EP

1. Harakiri
2. Endless Inside
3. Shivers and Shakes
4. Raw Mind

2019 - ALTER

Sortie le : 18 janvier 2019

Christoph De Babalon

Il était l’auteur de "l’album le plus menaçant que je possède" dixit Thom Yorke. Alec Empire louait également ce If You’re Into It, I’m Out of It, son deuxième disque paru en 1997. Christoph De Babalon avait poursuivi ses activités musicales quelques années, ouvrant même pour Radiohead en 2001 durant la tournée Amnesiac, avant de se consacrer au théâtre.

Mais le natif d’Hambourg avait encore des choses à exprimer sur le plan musical. Il s’est donc remis au travail publiant A Bond with Sorrow, Short Eternities et Exquisite Angst entre 2012 et 2018. Notons au passage que le premier de ces trois disques a été accueilli par Tigerbeat6, label mené par son ami Kid606 avec lequel il composait en 2000 Split Series #10.

Le tour du propriétaire étant effectué, revenons à l’actualité de l’Allemand. Hectic Shake est tout sauf l’un de ces recueils datés composés par d’anciens avant-gardistes en mal de notoriété et de liquidité. Non, si Christoph De Babalon est revenu à la musique, c’est qu’il avait des choses à dire. Et dès le massif Harakiri, alternant passages ambient menaçants et acid house polyrythmique façon Aphex Twin, le ton est donné.

Les amateurs des sonorités torturées d’Amon Tobin seront ici en terrain connu. Entre ambient schizoïde et breakcore, l’Allemand convoque des synthés lugubres épousant une boite à rythme qui impose une drum’n bass oppressante sur Shivers And Shakes. Par ailleurs, s’il s’appuie sur un thème commun constituant sa colonne vertébrale, les multiples vies d’Endless Inside lui conférant l’allure d’une BO de film d’épouvante.

Thom Yorke avait vu juste. Rares sont les artistes qui, comme Christoph De Babalon, sont capables de convoquer à ce point le malaise et l’horreur suggérée. Même lorsque les boîtes à rythme sont en retrait, à l’image d’un Raw Mind plus ambient et contemplatif, la tension est intacte. Avec Hectic Shakes, l’Allemand prouve donc qu’il n’a pas perdu la main, bien au contraire. Et si cet EP peut parfois habilement digérer l’héritage d’années 90 riches en matière d’électro oppressante, Christoph De Babalon, loin des digressions sur un quart d’heure de l’Opium qui ouvrait son chef-d’œuvre If You’re Into It, I’m Out of It, propose ici un univers plus direct et bien ancré dans son époque.


( Elnorton )


Disques - 27.01.2019 par Elnorton
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 23 mai 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends