Tindersticks - La Coopérative de Mai (Clermont Ferrand)

le 30/11/2008

Tindersticks - La Coopérative de Mai (Clermont Ferrand)

Une atmosphère frissonnante a envahi la Coopérative de Mai, dimanche 30 novembre. Certes, la température extérieure proposait à tout amateur de pop anglaise, ce soir, un 3°C provocateur. Mais surtout, le set proposé par les Tindersticks n’allait pas permettre de se réchauffer le cœur. En effet, la musique mélancoliquement orchestrée de la bande à Stuart A. Staples n’est pas des plus enthousiasmantes ; mais, le concert spécialement concocté pour le public clermontois s’est avéré des plus graves, et des plus sombres.

Penchons-nous tout d’abord sur David Kitt(http://www.myspace.com/davidkitt), première partie, artiste irlandais ayant déjà cinq albums à son actif. Agréable surprise, ma foi. Méconnu pour ma part, et sûrement de la majorité du public présent, ce songwriter mériterait bien qu’on lui fasse une place de choix dans l’espace musical actuel. Côté musique, je ne serais pas étonné d’apprendre que sa discothèque soit remplie de l’œuvre de Bob Dylan, d’Elvis Costello… et que ses disques de chevet soient ceux de Joseph Arthur, de Smog et de Vic Chesnutt. Sa pop-rock-folk approche par moment les meilleurs morceaux de ses maîtres. Et pourtant, j’appréhendais le pire après l’écoute de son premier morceau tout en acoustique, et interprété tout en retenue. S’il devait donner le ton de son set, j’allais vite me lasser. Mais le pire n’arriva pas, David Kitt brancha rapidement l’électricité et seul avec son Apple, nous embarqua pendant une demi-heure à la découverte de ses morceaux au songwriting délicat et charmeur. Les Tinderstsicks ont aussi de la classe dans le choix de leurs premières parties.

Après cette bonne mise en bouche, le concert des Anglais de Tindersticks pouvait commencer. Les premières notes d’Introduction, morceau idéalement conçu pour entamer le set, se mirent à résonner et permirent aux 7 membres du groupe d’entrer sur scène. Stuart A. Staples, en véritable leader charismatique, ferma la marche sous les applaudissements chaleureux du public, qui attendait depuis longtemps ce groupe au talent inégalé. Leur prestation s’avéra riche, intense et peut être divisée en deux, un avant et un après Dying Slowly, soit une demi-heure pour permettre à Stuart de rentrer dans le concert, à moins que ce soit moi qui fut frileux.
Il faut dire que l’alternance des morceaux chantés et des morceaux instrumentaux n’est pas idéale pour stabiliser une ambiance de concert. Des appréciations confuses s’en dégagent à ce moment là. Et puis, une heure plus tard, on se rend compte que l’on a été happé par les magnifiques interprétations de She’s Gone, The Hungry Saw, The Turns We Took et par le final émouvant de The Not Knowing.

Les Tindersticks, après 3 ans de pause musicale, suite à l’aventure solo du leader, ont montré qu’il faut encore compter sur leur génie musical et leur professionnalisme. Un moment incontournable.

Pour celles et ceux qui souhaiteraient découvrir l’ambiance de leur nouvelle tournée, le groupe met en vente un album live en ligne intitulé Live At Glasgow City Halls – 5th October 2008 (http://www.tindersticks.co.uk/)

Setlist :
1. Introduction
2. Yesterdays Tomorrow
3. The Flicker Of A Little Girl
4. Come Feel The Sun
5. E-Type
6. The Other Side Of The World
7. The Organist Entertains
8. Dying Slowly
9. 16 Summers
10. Say Goodbye To The City
11. Sleepy Song
12. She’s Gone
13. The Hungry Saw
14. Mother Dear
15. Boobar Come Back To Me
16. All The Love
17. The Turns We Took


Rappel :
18.Buried Bones
19.Her
20.The Not Knowing


( JohnSteed )

 


On recommande également :


Le streaming du jour #1587 : Tindersticks - 'Minute Bodies : The Intimate World Of F. Percy Smith'

Inutile de présenter les Tindersticks, le combo anglais mené par Stuart A. Staples étant depuis près d’un quart de siècle l’auteur de disques aussi indispensables que les deux premiers homonymes, Curtains, The Hungry Saw, The Something Rain et même le récent The Waiting Room paru l’an (...)



Chroniques // 19 avril 2016
Tindersticks

Les Tindersticks, c’est un petit peu cette bande de copains auxquels on n’a pas besoin d’envoyer un SMS quotidien pour leur signifier à quel point ils comptent pour nous, mais dont on ne raterait pour rien au monde les rencontres organisées régulièrement et lors desquelles l’alchimie fonctionne toujours de manière évidente. Sans se (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 29 septembre 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends