Plateau-repas au réveillon pour Richard Kapp

En clin d’oeil sans doute au Theme From Casanova de The Divine Comedy, c’est au son de la basse et du piano groovesques de Reserve Your Copy que Richard Kapp nous annonce pour la fin décembre la sortie du successeur de * (lire notre chronique), avec la truculence qu’on lui connait depuis son premier album A Tie For Free et cette même ironie qu’il met à jouer les faux matchos sur So Dirty, premier extrait de ce Lunchbox en session acoustique à la maison :

Le jazzman américain Tony Cimorosi prêtera sa basse à l’un des 12 morceaux prévus pour ce troisième opus, parmi d’autres intervenants chargés des arrangements de cordes, trompette et clarinette notamment.

Côté studio pas grand chose à se mettre sous le dent jusque là si ce n’est l’ébauche mélodique d’Intermezzo ou les étranges tentatives d’effets de Fuck The Rain (comment, de l’AutoTune ?!) en écoute sur le petit player du site officiel de l’autrichien, mais si le charmant casse-croûte inédit Sweet Melody pour piano, cordes et percussions nous laisse imaginer pour la suite un pique-nique des plus exquis, on est surtout gâté côté scène.

Car avec des compos du calibre d’It’s Too Loud :

... de ce Too Much To Do à la hauteur une fois de plus du Neil Hannon des débuts :

... ou de Selling Them My Love avec son audacieuse batterie ragga (!) :

(de la confiture à des cochons si l’on en juge par le brouhaha dans le petit café viennois, mais passons)

... sans parler de l’insaisissable I Will Catch You, pop song à tiroirs dont le nom fut proposé par une fan via un concours en 2008 :

... gageons que Richard Kapp parviendra cette fois à sortir de la confidentialité pour s’imposer comme le songwriter incontournable qu’il est assurément devenu.


Richard Kapp sur myspace : www.myspace.com/richardkapp

News - 13.10.2009 par RabbitInYourHeadlights
 


Interviews // 16 février 2017
Entretiens à Twin Peaks : #34 - Richard Kapp

Retrouvez chaque semaine dans nos pages les interviews de quelques-uns des contributeurs à la future compil’ Twin Peaks d’IRM. Sur un nuage il y a quatre ans avec le superbe I See Myself in the Water offert à notre précédente compilation avant de reparaître en version orchestrée sur l’excellent Fake ! en 2015, dernier album en date avec sa troupe (...)



Le streaming du jour #1915 : IRM presents - 'IRMxTP Part XIV - Red Room (The Evil in These Woods)'

Radiations ténébreuses et digressions surréalistes émaillent ce 14e volet - l’avant-dernier à voir le jour - de notre hommage lynchien. Et pour cause, après en avoir chassé l’entrée au gré d’une échappée nocturne dans les méandres inquiétants de la forêt de Ghostwood (sur le volume 13, à télécharger là), c’est dans la fameuse Loge Noire habitée par les (...)



Chroniques // 20 avril 2007
Richard Kapp

Pourquoi donc faire long et très bien quand on peut faire court et encore mieux ? Ç’aurait pu être ma devise pour cette chronique, si ce n’était un minimum de modestie et surtout le talent insolent de Richard Kapp, dont on a décidément pas fini de parler.




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 19 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends