Michael Head Introducing The Strands - The Magical World Of The Strands

Alors que sort ces jours-ci le nouvel album de Shack, On the corner of Miles and Gil, l’occasion est trop belle de se retourner sur The magical world of the strands, considéré comme une des oeuvres majeures de Michael Head, celui que le NME cita un jour comme le plus grand songwriter anglais vivant.

1. Queen Matilda
2. Something Like You
3. And Luna
4. X Hits The Spot
5. The Prize
6. Undecided (Reprise)
7. Glynys And Jaqui
8. It’s Harvest Time
9. Loaded Man (John Head)
10. Hocken’s Hey
11. Fontilan

date de sortie : 30-11-1996 Label : Megaphone

Remontons le temps jusqu’en 1997. Les Pales Fountains ne sont plus qu’un vague souvenir, Shack une réalité fuyante qui n’a produit que deux albums en sept ans : Michael head choisit, le temps d’un unique album, de s’enregistrer en solo soutenu dans l’ombre par son frère John. Accompagnés de deux guitares, une batterie et une flûte agonisante, les deux frangins dépravés composent une musique acoustique qui évoquent les soirs de défonce et de beuverie.

Rompant avec le son électrique et (faussement) enjoué de Waterpistol, précédent album de Shack influencé par la folie Britpop qui régnait en 1995, The Magical World Of The Strands s’ouvre sur l’entrelac de guitares aquatiques de "Queen Matilda" puis tout s’enchaîne comme dans un rêve. On ne sait s’il s’agit de résignation ou de maturité mais la voix de Michael résonne apaisée et il faut tendre l’oreille pour distinguer au loin la voix de son frère, venu lui prêter main forte au chant. "Something Like you", deuxième étape et (déjà) premier sommet du disque, est l’exemple de ce que devrait être toute chanson d’amour, tendre et emplie d’humilité : John prend les rênes de sa voix plus timide et fluette que celle de son aîné, tandis que se déroule un tapis cotonneux de violons. L’album n’a certes pas bénéficié de moyens de production colossaux (euphémisme) et le son manque sans doute d’un peu de relief mais tout les éléments sont en place pour accompagner l’auditeur parmi les anges !
Et puisqu’on est si bien au paradis, on y reste avec la reprise de leur propre "Undecided" (paru une première fois sur Waterpistol) : la version offerte ici est un havre de douceur, quasi-instrumentale où les voix des frangins se confondent en "lalala" tandis qu’en arrière-plan deux guitares se sont lancés le défi de l’arpège le plus pur, compétition malheureusement en voie d’extinction...

Quant à la deuxième moitié de l’album, ce n’est plus qu’une longue ascension vers les cîmes de la pop britannique ! "Glynys & Jaqui" entame violemment les hostilités en nous offrant, au terme d’une longue montée de tension savamment orchestrée autour de la voix de Michael et des intrusions de flûte de Leslie Roberts, un solo de guitare électrique aussi surprenant que puissant ! Après l’interméde "Harvest Time", ballade bucolique un brin désuète et décalée, c’est John qui, pour l’unique morceau ici composé par ses soins, nous offre l’Everest de l’album : "Loaded Man", complainte désespérée étirée sur sept minutes, juste soutenue par une pauvre guitare. A-t-on déjà entendu chant de solitude plus poignant...?
Pour succéder à ce titre immense, que faire ? S’enfoncer davantage ou bien relever la tête ? Les Strands choisissent la deuxième option sur "Hocken’s Hey", morceau euphorique (cette mélodie jouée au banjo, quel coup de génie !) au sein de cet album de dépression, et nouvelle réussite ! Malgré ce sursaut, le titre plein d’ironie de l’album, The Magical World... , se vérifie une fois de plus sur "Fontilan", comme une longue et douloureuse descente après l’extase, toujours trop brêve.

Quant à nous, l’admiration perdure devant ce disque à l’abri de l’usure du temps et la gratitude est éternelle envers ses géniteurs.

Chroniques - 03.06.2006 par masto
 


News // 4 mai 2006
Mick Head en solo en 2007

Le leader de Shack, Mick Head, vient d’indiquer qu’il sortira, en début d’année prochaine, un album solo acoustique. Tandis que le groupe anglais va sortir son nouvel opus, The Corner of Miles and Gil, le 15 mai prochain, Mick Head souhaite enregistrer le plus rapidement possible avec le producteur Mark Coyle (Definitely Maybe d’Oasis) les (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 16 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends