Beastie Boys - Hello Nasty

1. Super Disco Breakin’
2. The Move
3. Remote Control
4. Song For The Man
5. Just A Test
6. Body Movin’
7. Intergalactic
8. Sneakin’ Out The Hospital
9. Putting Shame In Your Game
10. Flowin’ Prose
11. And Me
12. Three MC’s And One DJ
13. Can’t, Won’t, Don’t Stop
14. Song For Junior
15. I Don’t Know
16. The Negotiation Limerick File
17. Electrify
18. Picture This
19. Unite
20. Dedication
21. Dr. Lee, PHD
22. Instant Death

1998 - Grand Royal

Sortie le : 6 juillet 1998

Les Beastie Boys à la conquête de la galaxie

En 1998, les Beastie Boys n’ont plus rien à prouver. Après leur manifeste libertaire Licensed To Ill , un Paul’s Boutique qui en 1989 fit basculer la pratique du sampling dans l’ère moderne avec l’aide des géniaux Dust Brothers et ouvrit grand les portes à Massive Attack et DJ Shadow, un Check Your Head qui n’en finit pas d’influencer Beck, prolongé deux ans plus tard, en 1994, dans la même optique de fusion funk-rock-jazz-hip-hop-musique-tibétaine par un Ill Communication d’anthologie porté par son single-bulldozer Sabotage, on ne savait plus à quoi s’attendre de la part du trio new-yorkais.

Et on avait raison : électro, bossa-nova, dub, rock spatial, crooning ou espagnolades sont autant d’influences qui viennent nourrir à leur tour, en une fusion parfaite, le hip-hop de ces trois têtes brûlées au talent insolent au long d’un Hello Nasty puissant et jouissif, aussi cosmique qu’accrocheur. Toujours co-produit par le fidèle Mario Caldato Jr., l’album convoque le sorcier du dub Lee Scratch Perry, mais laisse surtout la part belle aux expérimentations insensées de nos trois pourfendeurs de la bêtise humaine, plus que jamais en roue libre et qui nous gratifient au passage de l’un des singles les plus réjouissants des années 90, le dévastateur Intergalactic, dont la complexité, à l’image de l’album, n’a d’égale que la formidable aptitude à faire s’agiter tous les muscles des auditeurs les plus statiques.


( RabbitInYourHeadlights )

Disques - 01.08.2006 par RabbitInYourHeadlights
 


2010-2019 - dix ans de hip-hop (par Rabbit)

Marquée par la retraite forcée des Beastie Boys aka le plus grand groupe de l’univers et au-delà, la trajectoire déconcertante de mon héros Sole et de son ancien label Anticon, la déchéance de Kanye West dont les derniers sursauts appréciés dans ces pages remontent à 2008, les espoirs déçus des ex Odd Future qui n’ont n’en ont pas moins généré leur quota (...)



News // 23 septembre 2013
Encore du nouveau sur IRM Radio

Pas d’énorme chamboulement ce coup-ci dans le programme de votre nouvelle webradio préférée : de menus ajustements dans les horaires et autres mises à jour régulières des playlists d’actu, quelques créneaux de rattrapage pour le tribute à John Barry et les "focus label" I Had An Accident et Anticon (en gras dans la grille ci-dessous), et bien entendu de (...)



Chroniques // 4 juillet 2007
Beastie Boys

Sur The Mix-Up, septième album studio du trio new-yorkais, les Beastie Boys ne chantent pas. Un suicide commercial en règle à coups d’instrus funky-psyché 70’s qui méritait bien qu’on mâche ses mots.