Beastie Boys - The Mix-Up

Sur The Mix-Up, septième album studio du trio new-yorkais, les Beastie Boys ne chantent pas. Un suicide commercial en règle à coups d’instrus funky-psyché 70’s qui méritait bien qu’on mâche ses mots.

1. Be For My Name
2. 14th St. Break
3. Suco De Tangerina
4. The Gala Event
5. Electric Worm
6. Freaky Hijiki
7. Off The Grid
8. The Rat Cage
9. The Melee
10. Dramastically Different
11. The Cousin Of Death
12. The Kangaroo Rat

date de sortie : 26-06-2007 Label : Capitol

Money Mark nous ayant fait son John Lennon en février avec Brand New By Tomorrow, ce sont donc ses mentors et anciens comparses des Beastie Boys qui feront leur Money Mark cette année avec The Mix-Up. Et pour l’occasion, les auteurs de Root Down nous la jouent "back to the roots" tout en mettant à profit les expérimentations dub et cosmiques du gargantuesque Hello Nasty, et les constructions électro abstraites de leur dernier chef-d’oeuvre en date paru en 2004, To The 5 Boroughs.

C’est en effet dans la droite lignée des instrumentaux de Check Your Head et Ill Communication que nous plongent les 12 morceaux de cet album particulièrement concis et homogène par rapport aux productions antérieures du trio new-yorkais. Mais ici comme chez Money Mark, "roots" rime avec richesse instrumentale et rétro-futurisme psyché, alors attention faut pas s’attendre à un vieux chevelu armé d’un banjo, non plus, hein.

Ainsi, de l’ouverture sur la légèreté funky de B For My Name, avec ses guitares wah-wah et autres claviers rétro, jusqu’à l’explosion psychédélique finale de The Kangaroo Rat, dont les basses menaçantes en avant sur fond de percus atonales finiront dans les étoiles, on en verra de toutes les couleurs, ou presque : un break hip-hop à la Run-DMC au milieu des envolées chamaniques de 14th St. Break ; de l’électro-dub psyché façon Money Mark justement (et quoi de plus normal puisque le musicien californien a ponctuellement réinvesti les claviers du trio) sur le jouissif Suco De Tangerina ; des basses inquiétantes tout droit sorties du Mezzanine de Massive Attack sur The Gala Event ; la coolitude absolue des fusions jazzy-funk de Freaky Hijiky, dont on retrouvera les claviers analogiques et roulements de percus à la Lalo Schifrin un peu partout dans l’album et notamment pour le final à la Mission : Impossible d’un Dramastically Different aux sonorités très indiennes ; le rock cosmique d’Off The Grid ; les rythmiques ska-funk de The Rat Cage, fourre-tout fiévreux et inquiétant qui agite au shaker un mélange d’heavy-rock, d’abstract hip-hop, de sifflets de stade de foot et de bruitisme psychédélique à la Morricone ; des percus africaines sur The Melee, qui porte bien son nom avec son empilement de nappes funky-psychés ; ou encore des guitares saturées sur The Cousin Of Death.

On savait les Beastie Boys fanas de films d’exploitation depuis le clip délicieusement parodique de Sabotage (à revoir ci-dessous, ça fait toujours plaisir). Aujourd’hui, il ne reste plus à Nathaniel Hörnblower (le pseudo de MCA alias Adam Yauch en tant que réalisateur du formidable concert-happening Awesome, I Fuckin’ Shot That ! sorti l’an dernier en DVD) qu’à tourner le film de cette parfaite BO 70’s, pas loin d’égaler David Holmes sur son propre terrain.

Chroniques - 04.07.2007 par RabbitInYourHeadlights
 


News // 23 septembre 2013
Encore du nouveau sur IRM Radio

Pas d’énorme chamboulement ce coup-ci dans le programme de votre nouvelle webradio préférée : de menus ajustements dans les horaires et autres mises à jour régulières des playlists d’actu, quelques créneaux de rattrapage pour le tribute à John Barry et les "focus label" I Had An Accident et Anticon (en gras dans la grille ci-dessous), et bien entendu de (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


dimanche 18 août 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends