John Cale, une guitare qui rugit dans un gant de velours

Allez savoir pourquoi, on l’imaginait plutôt en chef-d’orchestre qu’en dandy funk-rock sur ses vieux jours l’ancien multi-instrumentiste du Velvet Underground. Et le voilà pourtant qui nous revient guitare au poing, six ans après blackAcetate, avec un single aux accords tourbillonnants qui nous rabibocherait presque le shoegaze avec les ondes FM :


Ce ne sera donc pas pour rejouer comme l’an dernier son cultissime Paris 1919 que reparaîtra le Gallois à compter du 12 octobre mais bien pour défendre sur toutes les scènes de France et de Navarre (de la Maroquinerie le 17 aux Rockomotives de Vendôme le 31 pour les vingt ans du festival en passant par une douzaine d’autres dates détaillées ici) son nouvel EP Extra Playful, lequel justement s’écoute en intégralité via The Guardian à quelques jours de sa sortie.

Et c’est qu’il s’amuse en effet le bonhomme, de l’électrisant Catastrofuk à l’orageux et lascif Perfection, en passant par les incantations néo-gospel d’Hey Ray sur fond de blues syncopé aux claviers gothiques ou même une étrange comptine vocodée en français qui le voit renouer, 44 ans après ses premières aventures au côté de l’ami Lou Reed, avec les joies du drone de violon et de ses stridences lancinantes.

News - 23.09.2011 par RabbitInYourHeadlights
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


samedi 11 juillet 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends