Les marées du temps refluent pour Silencio

Qu’il sonne post-rock, ambient ou plus électronique, à IRM on ne se lasse pas de Silencio, projet à géométrie variable du Lillois Julien Demoulin auteur l’an dernier du superbe When I’m Gone chroniqué dans nos colonnes et plus récemment des EPs Tough Love et Shine sous son véritable patronyme.

Mais remontons le temps jusqu’à 2010. Silencio était alors un quatuor au line-up complété par Bernold Delgoda, Nicolas Lecocq et Lénina Epstein, collaborateurs plus moins récurrents par la suite, et sortait Floods à 40 copies CD-R. Un album marqué par une utilisation accrue des synthés sur lesquels le temps semblait glisser, et dont la portée longtemps limitée aux amis et aux fans transis devrait augmenter quelque peu ces prochaines semaines grâce au label Sound In Silence du grec George Mastrokostas.

Plus connu des amateurs d’ambient pour son projet Absent Without Leave, ce dernier s’est en effet chargé de mastériser l’album comme il le méritait et de le ressortir à 200 exemplaires faits main, respectant ainsi l’aspect DIY originel du projet. Bon, vous allez nous dire, des rééditions on en voit tous les jours, alors pourquoi s’intéresser à celle-ci en particulier ? Eh bien tout simplement parce qu’elle nous offre en plus d’un son tout beau tout neuf, deux inédits assez surprenants : tout d’abord une version alternative d’Again Again dont les guitares en écho hypnotisent et fascinent d’autant plus sur cette rythmique aux effluves krautrock, puis Embarcadero et son crescendo psyché tout en beats tribaux et synthés vintage, un brouillard opiacé tout juste percé par le spleen jazzy d’un piano scintillant :

News - 20.03.2013 par RabbitInYourHeadlights
 


Dernières lueurs avant la nuit pour Silencio

A Sense of Closure... avec un titre pareil pour le nouveau single de Silencio disponible à prix libre via Bandcamp et orné d’une pochette d’un noir profond, au diapason du crépuscule qu’annoncent les derniers scintillements de cette méditation slowcore en clair-obscur, il ne pouvait s’agir que de la fin d’un chapitre pour Julien Demoulin. A en (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 20 août 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends