Poemss - s/t

1. Ancient Pony
2. Heads On Heads
3. Bedtime
4. Moviescapes
5. Miles Away
6. Gentle Mirror
7. Think Of Somewhere Nice
8. Losing Meaning
9. Hall Of Faces
10. Think Of Something Beautiful

2014 - Planet µ

Sortie le : 11 février 2014

Aie confiansssssss...

Obsession avouée d’Aaron Funk, des chats mutants vautrés sur un canapé kitsch nous fixent avec leurs deux paires d’yeux sur la pochette de ce nouveau projet qui associe le beatmaker de Winnipeg à sa compatriote Joanne Pollock. Autant dire qu’à l’heure de découvrir cet éponyme, on ne craignait guère la rechute savante de la part du pensionnaire de Planet Mu plus connu sous le nom de Venetian Snares, paradoxalement célébré pour l’ambition néo-classique du boursoufflé Rossz Csillag Alatt Született alors qu’il n’est jamais meilleur qu’en flirtant avec le trivial (cf. ici Kissing Song et ses collages de bruits concrets délicieusement visqueux sur fond d’IDM ludique et onirique dans la mouvance d’un Plaid).

En associant mélodies extatiques, distorsions psyché et culte de l’absurde, Poemss en témoigne une nouvelle fois et atteint des sommets d’élégance décadente que le Canadien en solo n’avait fait qu’effleurer jusque là, alternant bad trips dadaïstes un brin gothiques aux entournures (Think Of Somewhere, Losing Meaning), rêveries plus mélancoliques (Moviescapes, Miles Away) et comptines cristallines perverties à coups de rythmiques décadrées et de vocalises trop easy listening pour être honnêtes (Bedtime, Beautiful Astronaut Space Gard).

Résultat, on est pas loin d’un Tim Exile à son sommet (cf. Heads On Heads ou Gentle Mirror), souvenez-vous de ce Listening Tree resté sans suite chez Warp et dont Poemss retrouve le parfait équilibre entre emphase délétère et flâneries light, futurisme alambiqué et réminiscences hédonistes des années synth-pop. En cela, l’association du chant sensuel voire éthéré de Joanne Pollock et de celui plus caverneux façon crooner coldwave d’Aaron Funk est un modèle de tranfiguration de la beauté par la difformité et vice-versa, poèmes d’Eden sifflés par un serpent aux charmes tortueux.


( RabbitInYourHeadlights )

Disques - 18.01.2014 par RabbitInYourHeadlights
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 18 juin 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends