Martin Carr - New Shapes of Life

1. New Shapes of Life
2. Damocles
3. The Main Man
4. Future Reflections Voir la vidéo Martin Carr – Future Reflections
5. A Mess of Everything
6. Three Studies of the Male Back
7. The Van
8. The Last Song

2017 - Tapete Records

Sortie le : 27 octobre 2017

Martin Carr

Il y a trois ans, Martin Carr revenait de nulle part pour nous proposer un enthousiasmant The Breaks relayé par Tapete Records. Il ne s’agit pas de changer une formule qui fonctionne, et c’est donc toujours le label allemand qui défend la troisième publication du Britannique sous son véritable patronyme.

New Shapes of Life est un recueil de huit morceaux sur lequel l’ex-Boo Radleys dresse un patchwork de ce qu’il sait faire de mieux. Il alterne ainsi les ballades pop lyriques évoquant les Beatles (Future Reflections) et les morceaux plus rythmiques à tendance britpop qui rappellent qu’Oasis et les Boo Radleys ont longtemps déteint l’un sur l’autre (Damocles), et regroupe parfois ces mêmes influences au sein du même titre (New Shapes of Life).

Surtout, à l’instar de ce qui émergeait sur The Breaks, Martin Carr s’aventure vers des sonorités downtempo synthétiques, à l’image du mellotron qui s’élève sur un The Main Man presque trip-hop. L’Écossais n’est sans doute plus aussi curieux que par le passé. Ses influences sont restées bloquées dans les nineties - et dans les décennies précédentes, évidemment - mais elles sont suffisamment larges pour ne pas être redondantes.

Moins direct mais plus ambitieux que son prédécesseur - l’artiste explique qu’il a voulu "nager plus profondément pour attraper le plus gros poisson qui attend d’être capturé" - New Shapes of Life est un disque cathartique, écrit alors que Martin Carr était malade et particulièrement touché par le décès de David Bowie. La musique l’a soulagé pendant ces épreuves. Il s’est replongé dans la discographie du Thin White Duke, et a posé des sonorités sur les mots et les maux qui hantaient ses pensées.

En ce sens, New Shapes of Life est atypique dans sa discographie puisque les textes ont pour la première fois précédé les instrumentations. Malgré sa difficulté récurrente à terminer ses morceaux - il use et abuse de l’effet fade out, faute de meilleures idées - Martin Carr est suffisamment habile, inspiré et sincère pour convoquer une immersion immédiate dans son univers pop et mâtiné d’une fausse insouciance. Celle qui masque les tracas.


( Elnorton )




CD - 25.08.2017 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Martin Carr sur IRM