Le streaming du jour #2011 : Ævangelist - ’Heralds of Nightmare Descending’, ’Aberrant Genesis EP’, ’Veneration of Profane Antiquity’ & ’Oracle of Infinite Despair MMXVIII EP’

Pas d’erreur dans l’enchaînement des flashbacks mais il nous a quand même fallu un moment pour comprendre la logique des sorties d’Ascaris et Matron Thorn cet été. Petit retour en arrière explicatif entre deux projections dans un futur proche qui s’annonce toujours aussi mystique et malfaisant pour le duo black/death metal ricain.

D’abord, en juillet, on a eu droit à Veneration of Profane Antiquity. Ça ressemble à un album. Pas d’infos sur Bandcamp, mais un coup d’œil aux morceaux met le doute. Vérification faite, c’est une compilation, une sorte de best of reprenant des morceaux d’un peu tous les longs formats du duo, certains ouvertement retravaillés (The Only Grave, Æbelisk, Pendulum), d’autres pas vraiment, avec en ouverture la face-B Vessel que les fans acharnés avaient pu découvrir il y a deux ans sur Youtube et consorts. Une bonne porte d’entrée sur la cabale malsaine et belliqueuse des deux musiciens :


Dans la foulée sort Oracle of Infinite Despair MMXVIII. Ça sonne familier. Il s’agit en effet d’une réédition de leur tout premier court format, avec en bonus un "inédit", Helix Covenant... qui en réalité n’en est pas tout à fait un puisqu’on le trouvait en bonus vinyle de leur premier LP De Masticatione Mortuorum in Tumulis, via sa réédition par Blood Harvest en 2014... mais dans une version différente. Que cela ne vous empêche donc pas d’apprécier la sauvagerie d’un groupe alors peut-être à son sommet d’ésotérisme véloce et chaotique sur fond d’abysses soniques à en perdre pied :


Entre-temps, on avait entendu parler d’un 5e véritable LP, Matricide in the Temple of Omega. Il devrait finalement sortir en novembre et en voilà un premier extrait aussi impressionnant par sa malveillance martiale et droguée que par sa durée :


Une durée qui égale celle de l’EP Aberrant Genesis, autre morceau de 13 minutes lâché en août. Enfin du neuf, du vrai, déliquescent et bouillonnant comme à l’accoutumée mais étonnamment mélodique dans ses lignes de guitares flirtant avec le sludge voire avec le stoner, qui en font, la concision aidant, la sortie la plus accessible du lot mais pas la moins ténébreuse pour autant :


Mais le gros morceau de ce streaming du jour reste à venir puisque finalement, la fébrilité des fans ayant fait son petit effet, Ævangelist s’est décidé à lâcher en avance son 6e opus, Heralds of Nightmare Descending. On s’y perd ? Un peu comme dans les labyrinthes metal-ambient de ce dernier en fait, sûrement la réalisation la plus insidieuse du groupe à ce jour, noyée sous les couches de guitares distordues et d’effets de voix narcotiques (Narcissus), une sorte de cérémonial d’apocalypse aux rythmiques liquéfiées (Heralds of Nightmare Descending) privilégiant l’angoisse à la violence, sous-produit ce qui sied en fin de compte plutôt bien à leurs crescendos nébuleux ici plus doomesques qu’à l’accoutumée, en particulier sur le final Arcane Flesh Revelation aux 18 minutes d’incantations pernicieuses et de radiations empoisonnées. Souffrez, profanes !


Streaming du jour - 10.09.2018 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Ævangelist sur IRM - Bandcamp

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 15 novembre 2018


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends