Kieli - Tick Tick Talk EP

1. The Time
2. Skin and Fur
3. Tromsø
4. Tick Tick Talk
5. Here, Gone

2019 - Schole

Sortie le : 26 juillet 2019

Kieli

Le premier EP de Kieli est une délicieuse surprise. Puisque signée chez Schole Records, nous nous attendions à découvrir un univers mêlant ambient et néoclassique. Que nenni. Pour être parfaitement honnêtes, nous avions déjà découvert This Time en ouverture de la compilation du label After The Rain sortie trois semaines plus tôt.

This Time, donc, peut faire peur à ceux qui sont allergiques à la candeur. Après une introduction basée sur des cordes étirées et dénudées qui pourrait presque rappeler les premiers Sigur Rós, la Finno-Suédoise lorgne vers une pop mélancolique, plaçant une voix de velours sur une instrumentation minimaliste. On est clairement sur le fil, mais l’auditeur est rapidement rassuré tant cet ensemble gracieux ne basculera jamais vers le trop-plein.

Si les instrumentations peuvent évoquer les racines néoclassiques du label Schole Records, la manière dont Elin Pöllänen pose sa voix sur cet ensemble et la forme de transcendance (la progression de Skin And Fur en est un exemple concret) qui émane de cette alchimie tendent à générer une ambiance cinématique du plus bel effet.

Assurant aussi bien l’enregistrement du disque que les parties de violon, piano, guitare, glockenspiel ou harmonium, Kieli a seulement délégué quelques parties instrumentales à Mathias Zachrisson et dit, à travers cet EP, avoir voulu "capturer l’essence de [son] enfance". A l’image de la pochette, présentant l’artiste tête baissée, pieds nus et vêtue d’une robe ouverte dans une forêt glaciale et dépouillée, sa musique semble mettre la focale sur le diptyque vie/mort. Est-ce le deuil de son enfance que l’artiste basée à Stockholm effectue par le biais de cet EP ?

Qu’importe, vu l’ambition de ce disque pourtant accessible, nous ne pourrons guère douter de la capacité d’Elin Pöllänen à se renouveler en utilisant d’autres supports à même d’inspirer ses compositions. D’ici là, remercions une nouvelle fois le flair du label Schole Records et revenons à l’envi sur cet EP qui se conclut, comme si l’artiste avait cherché à décupler le manque, par un Here, Gone dominé par sa voix, le piano, les cordes et, progressivement, un jeu de batterie martial, pour constituer l’un des plus beaux crescendos indie-folk de l’année.


( Elnorton )


Disques - 27.07.2019 par Elnorton
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


samedi 7 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends