Chantal Acda - PŪWAWAU

1. Tuhinga
2. Marama
3. Taranga
4. Waiata Tamariki
5. Puoro
6. Tumanako Voir la vidéo Chantal Acda - Tumanako

2019 - Autoproduction

Sortie le : 8 novembre 2019

La prescription du mois pour retrouver un peu de foi en la planète et d’espoir en l’humanité

À l’image de Taranga et de son oratorio spoken word en quête de communication, empruntant à la musique contemporaine de Philip Glass et Steve Reich (cf. les motifs répétitifs de vents, de percus et de vibraphone) ou de l’animiste Puoro, batucada foisonnante et hantée, le nouvel opus de Chantal Acda est une œuvre ambitieuse de réconciliation entre ancien et moderne, païen et sacré, spiritualité et instinct, atonalité de la musique contemporaine et mélodies réconfortantes (cf. le sublime et fiévreux Marama, digne des plus beaux métissages accessibles et savants à la fois du label New Amsterdam en dépit d’un dernier mouvement un brin emphatique), mais surtout de réconciliation entre les êtres qui passent et se croisent sans se voir. Qui mieux que la Néerlandaise, déjà à l’œuvre à l’intersection de la pop vocale et de l’ambient avec son projet Sleepingdog, pour viser - et atteindre - cet équilibre délicat sans rien renier de sa spontanéité folk sur un disque où sa voix, plus en avant que jamais, transmet encore plus de sérénité et d’anxiété, de confiance et de fragilité, de confusion et de conviction mêlées qu’à l’accoutumée ?

Même avec un minimum syndical de guitares en bois, du downtempo (trip-hop ?) environnementaliste aussi luxuriant qu’épuré de Tuhinga à la désarmante ballade finale Tumanako en passant par le gospel nostalgique de Waiata Tamariki, ces six pièces originellement composées pour des performances live frappent avant tout par leurs élans de vie, et sous la patte experte de Valgeir Sigurðsson aux arrangements, les chœurs du Nederlands Kamerkoor NXT qui accompagne la Belge d’adoption en tournée ajoutent encore à la mystique de cette thématique de foi en la nature également centrée sur la voix et la façon dont notre communication verbale - et désormais dématérialisée - peut paradoxalement nous éloigner au lieu de nous rapprocher, surtout en ces temps où par réseaux interposés, notre parole égocentrée et nos logorrhées d’opinions prennent ouvertement le pas sur l’écoute, malmenant encore le peu d’empathie qu’il nous reste. Essentiel !


( RabbitInYourHeadlights )




Disques - 17.09.2019 par RabbitInYourHeadlights
 


Bilan 2015, un casse-tête chinois - part 8 : Albums #40 - #31

Avec le smog qu’on subit ces temps-ci, on en reverra pas de sitôt des OVNIS dans le ciel de Shanghai. Heureusement il y a la musique de tous ces laowai un peu timbrés dont IRM se fait l’écho jusque sous les méridiens orientaux.



Playlist IRM #10 - 'Best of 1er semestre 2018, 2/3 : 20 chansons' par Rabbit

Contrairement au hip-hop de la sélection précédente pas de track by track cette fois et pour cause, une majorité de ces titres font partie d’albums chroniqués dans nos pages au gré du semestre écoulé, quant aux quelques disques passés entre les mailles du filet faute de temps ou d’inspiration, ils finiront sûrement par l’être. Une fois de plus, entre (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 5 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends