Thorts131 - Weightlifters

1. Weightlifters (Intro)
2. Rock
3. Train Tracks
4. Fuck Off Fly
5. No Air
6. Shadows
7. Slide
8. Myself When Young
9. Cat Loves Catnip
10. Pages
11. Meat & Bones
12. Black Swans
13. Black Swans (Reprise)

2020 - Autoproduction

Sortie le : 1er octobre 2020

Thorts131

Issu de la collaboration entre le rappeur australien Thorts et le beatmaker allemand Smokey131, Thorts131 est un projet dont on ignore encore s’il sera éphémère, bien que la qualité du menu proposé nous laisse rêver à une suite. Mais avant de nous projeter vers celle-ci, Weightlifters, sorti il y a quelques jours, mérite que l’on s’attarde sur ses solides atouts.

A première vue, ce disque pourrait s’apparenter à une beat tape comme il en existe d’autres. Mais, très rapidement, le charisme et la diversité des registres avec lesquels jongle le natif de l’état de Victoria confère à ce Weightlifters un intérêt certain. Passée l’introduction homonyme du disque, les artistes s’offrent un sans faute et, derrière ses machines, Smokey131 délivre une prestation au-dessus de la moyenne, sa curiosité permettant justement à son acolyte de varier les styles.

Plus que vers le hip-hop, c’est sans doute du côté du trip-hop que l’on trouvera quelques références pour décrire les quarante-trois minutes d’envoûtement assuré proposé par Thorts131. En effet, de Earthling sur Rock ou Slide au Goldfrapp de Felt Mountain sur le délicieux Shadows, énigmatique et downtempo à souhait, les références - excusez du peu - sont particulièrement solides.

Thorts n’oublie cependant pas ses passions originelles, ancrant également sa voix vers un hip-hop plus traditionnel, teintant son flow de l’influence de la west coast sur Fuck Off Fly ou présentant un versant plus mélancolique sur Pages. Quant à l’Allemand, ses compositions s’appuient sur des boîtes à rythmes utilisées de manière efficace et, on l’imagine, quelques samples savamment déformés. Qu’elles soient minimalistes ou plus aventureuses, à l’instar d’un Myself When Young mystique, voire quasi-chamanique, ses compositions sont toujours subtiles et servent le propos de Thorts.

Faire briller son équipier, n’est-ce pas le gage d’une collaboration réussie ? Au-delà du mélange de leurs noms d’artistes, Thorts et Smokey131, avec le projet Thorts131, se subliment pour notre plus grand plaisir. Espérons que cette parenthèse ne se referme pas dès à présent et, à défaut, qu’elle permette à chacun de bénéficier d’une reconnaissance plus massive. Trop confidentiels, l’un et l’autre le mériteraient.


( Elnorton )


Disques - 04.10.2020 par Elnorton
 


Nos 12 vidéos du moment (#2)

Place aux images, même si cette nouvelle rubrique IRM n’est pas exactement vouée à se passer de mots. Elle nous donnera en effet l’occasion de nous pencher régulièrement sur des albums laissés de côté faute de temps ou des singles annonciateurs ou non de sorties attendues. La bande à Lee Scott, fleuron de la nouvelle scène rap british, revient avec (...)