;background-color:#">Messyl & Innocent But Guilty - Murmure

1. GANGRENE (feat. Messyl)
2. ANTIPATHIQUE (interlude)
3. MURMURE (feat. Messyl)
4. CHAOS (interlude)
5. ALGORITHME (feat. Messyl)
6. TEMPLE (interlude)
7. TERRE (feat. Messyl)
8. HEURTS (interlude)
9. PLS (feat. Messyl)

2023 - Foolish Records

Sortie le : 21 juillet 2023

Messyl & Innocent But Guilty

Le projet de remixes Dualités nous avait déjà permis d’entendre Messyl & Innocent But Guilty collaborer sur le morceau Full Moon. Avec Murmure le duo nous revient sur un plus long format, toujours aussi inspiré. 

Si le titre de l’album laisse présumer d’une certaine douceur dans le contenu, le morceau inaugural apporte un démenti cinglant. "Je plante avec une croix, celle de ma tombe" balance Messyl au terme des dix premières secondes de Gangrène. Voix combative, la poétesse envoie sa prose brute comme une boxeuse, à coups de directs, droit dans la "gueule en état de choc" de l’auditeur. "Ne me demande pas mon prénom, j’ai pas l’humeur d’en avoir un", prévient-elle, un brin menaçante. Derrière, Innocent But Guilty, sidérurgiste sonore, tord ses textures synthétiques dans un déluge de métal en fusion et de crissements apocalyptiques. Titre cathartique, Gangrène s’impose comme un classique instantané du label Foolish Records (qui édite l’album), un morceau qui fera date, et laisse l’auditeur groggy. 

La grande idée de Murmure est d’intercaler, entre les cinq tracks sur lesquels Messyl  intervient, quatre interludes instrumentaux. Articulé de la sorte, l’album respire et laisse le temps à l’auditeur de digérer les textes denses de la poétesse francilienne. Il faut dire que derrière le fracassant titre inaugural, le duo insuffle à sa mixture davantage de douceur et s’autorise de plus grandes incursions dans la musicalité. Ainsi du morceau éponyme à l’instrumental Temple en passant par Algorithme, l’accent est mis sur la mélodie, intégrant des éléments d’EBM aux compositions. Les basses synthétiques (Temple, Murmure) évoquent Kraftwerk, Moroder et les BO de Carpenter ; les textures, elles, lorgnent du côté de l’électro nineties (sans faute de goût, mais est-ce utile de le préciser ?). 

Antipathique et Chaos flirtent avec la synthwave, et les influences hip-hop d’Innocent But Guilty s’expriment pleinement sur le très réussi Heurts. Ce contraste entre les ambiances cyberpunk des instrumentaux et les textes de Messyl, ancrés à la fois dans le réel et l’intime, donne une profondeur inédite à l’album. Jouant des répétitions, ceux-ci empruntent autant au surréalisme qu’à la langue de la rue ou à celle de Shakespeare (PLS, Terre). Ailleurs, tout au long de l’album, le vocabulaire mathématique s’insinue dans les textes, de Gangrène à Terre, et se manifeste clairement dans le nom même donné au morceau Algorithme. Collision des univers, rencontre des genres, tout est ici agencé avec goût sans pour autant oublier de secouer l’auditeur. 

Messyl  & Innocent But Guilty ont éclaboussé de leur classe notre été. Il n’y a aucune raison pour que la rentrée freine leur élan.  


( Ben )


- 23.07.2023 par RabbitInYourHeadlights
 


Articles // 1er février
2023 dans le rétro

Une nouvelle fois, c’est dans les marges qu’il aura fallu aller chercher le meilleur de 2023. Retour rapide (et sans véritable classement) sur les albums marquant de cette année par ailleurs bien merdique.