Laurent Barbin - Depuis la chambre

1. Le soir
2. Promenons-nous
3. Entre la cuisine et la chambre
4. Les filles
5. Les paysages
6. Les amoureuses Voir la vidéo Laurent Barbin - Les Amoureuses
7. L’île
8. La vie est belle
9. La chambre noire
10. Une photographie
11. Si encore
12. Je t’aimerais
13. La paix
14. Beaucoup mieux

2009 - Depuis la chambre

Sortie le : 11 mai 2009

Le meilleur album français de cette année 2009 ?

Amours déchus et crise d’identité entre la cuisine et la chambre.

Au terme d’une année qui aura vu l’intouchable Dominique A nous décevoir par trois fois ( La Musique , La Matière et finalement l’EP Kick Peplum ), mettant à plat la belle ampleur de ses deux opus précédents pour flirter avec une inspiration noisy pop et new wave plus frontale et superficielle aux mélodies vocales souvent faciles, il eut été dommage de ne pas revenir sur ce premier album de Laurent Barbin, héritier des grandes heures de l’auteur de Remué, de ce sens de la métaphore relationnelle qui irradiait de L’Horizon, de ce chant à la poésie neurasthénique qui ne souffre nullement ici de ne pas être né d’une voix d’exception.

Armé de cette même capacité à tirer le meilleur des boucles électro-acoustiques les plus minimalistes qui nous avait fait tant aimer La Mémoire Neuve en son temps, Laurent Barbin, toutefois, voit plus loin que cette évidente parenté francophone : marqué par les atmosphères lynchiennes de normalité déliquescente et les BO de ces films noirs où la fatalité attend tapie dans l’ombre, l’onirisme malade d’Abstrackt Keal Agram et les guitares morbides de Ratatat, la drum’n’bass ou même la techno, l’univers du Ligérien est des plus singuliers, se joue de toutes les barrières.

Et c’est précisément là que réside le génie de Laurent Barbin, dans cette harmonie improbable entre la nature lo-fiesque des séquences de boîte à rythmes, boucles ambient, mélodies de guitare acoustique ou autres arrangements synthétiques plus ou moins squelettiques, et l’ampleur lyrique, le véritable souffle né de leur superposition qui donne à ces chansons parfois crues sur l’érosion du couple et le malaise d’un quotidien devenu absurde une dimension véritablement tragique, déchirante. Un peu comme si l’on avait croisé La Fossette et L’Horizon en somme, sacrée gageure pour le meilleur album français de cette année 2009.


( RabbitInYourHeadlights )



Disques - 06.06.2009 par RabbitInYourHeadlights
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 20 février 2019


Sulfure Festival

surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends