On, bientôt "in" ?

On, c’est un duo formé par le percussionniste chicagoan Steven Hess (croisé notamment chez Pan-American ou sein du duo Ural Umbo) d’un côté de l’Atlantique, et de l’autre le parisien Sylvain Chauveau (notre photo), connu pour son exploration du silence et de l’impressionnisme électro-acoustique sur une petite dizaine d’albums déjà dont le dernier en date Singular Forms (Sometimes Repeated) sorti en mars et qu’on ne saurait trop vous conseiller.

Mais On, ça n’est pas seulement un duo, car chaque album est prétexte à une collaboration inédite d’une genre particulier : d’un côté, nos deux amis composent et jouent, de l’autre, un troisième larron vient imposer sa patte au résultat qui, forcément, tient de l’ambient, mais une ambient aux possibilités de nuances de fait illimitées.

Ainsi, après le compositeur contemporain Pierre-Yves Macé sur Second Souffle (2007) et surtout Helge Sten aka Deathprod, en charge des parties électroniques pour le combo ambient-jazz norvégien Supersilent et à l’oeuvre donc sur le superbe Your Naked Ghost Comes Back At Night (2004) réédité l’an dernier par Type à l’échelle européenne, c’est Christian Fennesz qui se colle au (re)mixage sur le dernier-né Something That Has Form And Something That Does Not, paru en début de semaine via ce même label sur lequel Chauveau semble avoir finalement élu domicile, et proposé en écouté intégrale sur Soundcloud comme la plupart des sorties Type d’ailleurs :

Préférant des textures plus abstraites au dark ambient presque cinématique orchestré précédemment par Deathprod, l’expérimentateur autrichien rencontré sur scène par le duo dans le cadre du festival Musique Action de Vandoeuvre-lès-Nancy en 2004 tire subtilement le projet vers son propre univers, empilant ou dévidant ses drones plus ou moins noisy ou éthérés pour tendre vers un certain apaisement ou du moins toucher du doigt la lumière, à l’opposé des nappes sourdes et étouffantes de Your Naked Ghost Comes Back At Night. On entend même les percussions distinctement cette fois, c’est dire à quel point le choix du collaborateur s’avère primordial ici, faisant de On un laboratoire d’expérimentation des plus passionnants.

News - 01.08.2010 par RabbitInYourHeadlights
 


David Sylvian continue d'avancer

En 2009, David Sylvian faisait son grand retour sur album, 6 ans après le fascinant Blemish dont on n’avait toujours pas fini d’épuiser tous les recoins blafards. S’adjoignant à nouveau les services de l’Autrichien Christian Fennesz entre autres têtes chercheuses d’une instrumentation évanescente et déconstruite, du saxophoniste Evan Parker au (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


dimanche 20 octobre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends