Alva Noto et Ben Frost déconstruisent un futur obsolète

Alors que l’on peut découvrir depuis quelques jours l’album Mimikry en collaboration avec Blixa Bargeld sous le pseudonyme anbb, étrange fusion mutante et parfois improvisée de glitch mystique, drones hypnotiques, dark ambient cinématique et autres réminiscences industrielles habitée par le chant du frontman d’Einstürzende Neubauten - et ancien guitariste des Bad Seeds de Nick Cave - dans la continuité de leur premier EP Ret Marut Handshake de juin dernier (un extrait ici), c’est au côté de Ben Frost que l’on retrouvera l’allemand Alva Noto (photo) le 25 octobre, auteur chacun d’un remix pour l’EP Pruitt Igoe à paraître cette fois encore sur son label Raster-Noton, prélude au prochain album du français et berlinois d’adoption David Letellier aka Kangding Ray.

Nommé en référence à un gigantesque complexe de logements sociaux de Saint Louis dans le Missouri conçu dans les années 50 par le futur architecte du World Trade Center, le japonais Minoru Yamasaki, et dont la démolition précoce en 1972 suite à un échec tant social que financier représente pour beaucoup la mort de l’architecture moderne, Pruitt Igoe dont on peut découvrir des extraits conséquents ici s’annonce comme une allégorie des espoirs déçus et des rêves partis en fumée sur le mode d’un dubstep industriel, en deux mouvements symbolisant la construction puis la destruction de l’anomalie rétrofuturiste en question.

En toute logique, c’est Carsten Nicolai (aka Alva Noto) dont le projet d’électro "circulaire" aleph-1 jouait déjà en 2007 avec l’idée d’infini, qui se charge du remix de la face-A, l’australien Ben Frost émigré en Islande étant quant à lui mieux placé depuis ses deux albums majestueux et torturé de noise/ambient aux drones sismiques parus sur le label Bedroom Community fondé avec son producteur Valgeir Sigurðsson (leur arrangeur et troisième larron Nico Muhly, talentueux protégé de Philip Glass, venant quant à lui de publier son troisième opus de néo-classique épique début septembre) pour mettre en musique le déclin et la chute de cette illusion d’éternité.

Par ailleurs, le "poulain" de Brian Eno pour l’année 2010/2011 de la Rolex Mentor and Protégé Arts Initiative est actuellement au travail non pas sur le successeur de By The Throat mais sur la bande originale de la version online du célèbre jeu de rôles World of Darkness prévue pour 2012, et révélera le 24 octobre prochain à Cracovie en clôture du festival Unsound commissionnaire de l’oeuvre, sa nouvelle version de la bande originale du chef-d’oeuvre du cinéaste soviétique Andreï Tarkovsky, Solaris, composée avec son camarade de label Daníel Bjarnason et interprétée par les 28 musiciens du Sinfonietta Cracovia.

Tarkovsky auquel Alva Noto rendait justement hommage plus tôt dans l’année à travers le film Stalker cette fois avec son album For 2, seconde compilation payant tribut quatre ans après For à divers dramaturges, plasticiens et explorateurs sonores au travers de compositions minimalistes et mystérieuses sous-tendues d’infrabasses et zébrées de glitchs fugaces ou d’arrangements acoustiques. Au programme notamment de cette oeuvre majeure d’ambient métaphysique, un clin d’oeil au projet de "cadavre exquis musical" Chain Music lancé en 2002 par Ryuichi Sakamoto, que Nicolai accompagne depuis quelques années sur une poignée d’albums mêlant accords de piano mélancoliques et méditatifs à la Satie et trame électro minimale aussi élégante qu’insaisissable (dernier en date, le feutré utp_ en 2009 avec les cordes dissonantes de l’Ensemble Modern).


News - 08.10.2010 par RabbitInYourHeadlights