The Dears, back to the future

The Dears, le groupe canadien qui pourrait sauver le monde ... euh pardon l’année avec la sortie toute proche (mais on ne sait pas quand) de son cinquième album a mis tous les fans dans une attente insoutenable.

En effet la captation live mise en ligne par son nouveau label Dangerbird Records, et qui nous révèle un premier titre de la livraison tant attendue, laisse présager d’un magnifique retour aux sources ; ça s’appelle Omega Dog et ça émoustillera forcément les fans de Lightburn & co :

Oui aux côtés de Murray Lightburn et sa chère et fidèle Natalia Yanchak, on retrouve un best-of des membres qui ont jalonné l’histoire chaotique du groupe à savoir : Patrick Krief à la guitare, Jeff Luciani à la batterie lui c’est du sang neuf, Roberto Arquilla à la basse qu’on n’avait pas croisé ici depuis le End of a Hollywood Bedtime Story et Robert Benvie, guitares, claviers et un peu de tout en fait. Murray déclarait d’ailleurs récemment que ce nouvel album était un genre de greatest hits avec que des nouveaux morceaux et pas forcément fait comme par le passé. Bref, on jugera sur pièce. Une chose est certaine, à la vue de la photo de presse ci-dessous, le groupe est en pleine crise (soit d’adolescence, soit de la quarantaine) et ça risque fort de nous plaire. Vivement !

The Dears -2010

News - 11.10.2010 par indie
 


Le streaming du jour #1334 : The Dears - 'Times Infinity Volume One'

En plus d’être plus finement ciselé qu’il n’y paraît de prime abord, le Mass:Light synth-pop de Murray Lightburn aura eu le mérite de rappeler aux Dears qu’avant de faire sonner les guitares, mieux vaut avoir de grandes chansons. Après une poignée d’albums souvent épiques (un excellent Missiles en tête, qu’il faudrait voir à réhabiliter fissa) mais (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 21 août 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends