Le Sufi et le Killer déjà de retour

Co-produit notamment par Flying Lotus et The Gaslamp Killer, A Sufi And A Killer, premier opus du rasta californien Gonjasufi (à droite sur la photo) avait laissé perplexe plus d’un admirateur de sa voix de soulman mystique découverte il y a deux ans sur le fascinant Testament extrait de Los Angeles. Partant dans tous les sens sans aucune véritable ligne directrice en alternant moments de grâce psychédéliques ou jazzy et délires lo-fi plus hermétiques inspirés du punk et des folklores proche-orientaux, l’album s’est toutefois révélé capable de passer avec succès l’épreuve des écoutes répétées ne serait-ce que pour sa diversité d’influences et de sonorités, preuve en est la sortie le 4 octobre dernier d’une compilation de remixes dont le label nous offre deux extraits ici - dont une fabuleuse relecture morriconienne d’Ancestors par Mark Pritchard plus connu dans nos pages sous son pseudo d’Harmonic 313 :

C’est à un remix signé Broadcast & The Focus Group que The Caliph’s Tea Party doit son nom, passionnante digression au pays des champignons magiques à ranger parmi les incontestables réussites de ce vrai-faux album au côté de la synth-funk spleenétique de Bibio, de la méditation hantée d’Oneohtrix Point Never, du glitch-hop fantomatique de Shlohmo (figure montante de la scène électro de Los Angeles dont on vous avait déjà dit le plus grand bien ici) ou encore de l’onirisme abrasif du mystérieux agdm, responsable du mixage sur A Sufi And A Killer.

Quant à William Bensussen aka The Gaslamp Killer (à gauche), remixé de son côté par le magicien Teebs (le morceau Impulse, à l’origine une collaboration avec Daedelus), il vient justement d’offrir au yogi soufiste un featuring de choix sur son nouvel EP Death Gate disponible depuis le le 12 octobre chez Brainfeeder (teaser ésotérique à l’appui par l’excellent Dr StrangeLoop), sur le titre When I’m In Awe dont le sample ethio-jazz n’est pas sans rappeler l’indépassable Mulatu Astatke :

The Gaslamp Killer - ’When I’m In Awe’ feat. Gonjasufi by BRAINFEEDER

Soit cinq morceaux d’abstract hip-hop spectral ("une exploration des interstices entre la vie et la mort" selon son auteur) dans la continuité de son précédent EP My Troubled Mind (2009), kaléidoscope paradoxalement cohérent d’influences aussi diverses que la funk des années 80, les BO de films de séries B des 70’s, l’électro psychédélique ou la musique indienne. A noter que les deux amis se croiseront sur des scènes différentes en clôture des Transmusicales de Rennes le 11 décembre prochain, date unique en France pour l’un comme pour l’autre.

Par ailleurs, du côté de Brainfeeder, on rappellera la sortie le mois dernier d’un EP de Lorn (sorte de Ratatat glitch-hop du côté obscur auteur en juin dernier du frustrant Nothing Else dont on attendait peut-être un peu trop) comprenant trois instrumentaux inédits dont le ténébreux Brainwashes en collaboration avec Samiyam, moitié de FLYamSAM avec Flying Lotus le patron du label qui nous gratifie quant à lui d’une vidéo plutôt déjantée sur un extrait non moins fêlé de son EP encore tout chaud Pattern+Grid World  :

Lorn pour sa part nous offre un remix d’Eskmo (Come Back), récemment signé chez Ninja Tunes pour un premier album éponyme sorti le 4 octobre dernier et qui devrait titiller les amateurs de cette scène de Los Angeles dont on parlait plus haut, de Brainfeeder au collectif Dublab, jugez-en plutôt par le single Cloudlight qui ouvre le disque ou par cette vidéo du titre Lands And Bones (feat. Swan) paru en 12" chez Warp plus tôt dans l’année (la boucle est bouclée) :

Amon Tobin, lui, a succombé au point de former avec le beatmaker de San Francisco le duo Eskamon, premier single Fine Objects à télécharger contre quelques dollars sur le site dédié en attendant la suite avec impatience, qui promet de reprendre les expérimentations bruitistes du brésilien là où The Foley Room les avait laissées. Et puisqu’on peine à se quitter, faisons-le en images avec le court-métrage The Gift réalisé par Carl Erik Rinsch (collaborateur notamment de Ridley Scott) pour une campagne pub de Philips et sobrement mis en musique par l’auteur d’Esther’s :

News - 22.10.2010 par RabbitInYourHeadlights
 


Amon Tobin dévoile le mix d'intro de sa dernière tournée

Beaucoup ont vanté les shows 3D d’Amon Tobin sur la tournée ISAM, mais les spectateurs de ses récents concerts européens ont eu droit en prime à un warm-up qui en a lui-même impressionné plus d’un par sa puissance d’évocation et sa capacité à poser les jalons de l’atmosphère à venir. Ami et collaborateur de longue date du Brésilien désormais basé à San (...)



Chroniques // 8 janvier 2008
Amon Tobin

Avec le passionnant Foley Room, Amon Tobin fait entrer le sampling dans le XXIème siècle, donne à l’électro pointilliste de faux airs de musique concrète, et transcende le bruitisme par la grâce d’un génie mélodique qu’on ne lui connaissait pas.




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


dimanche 15 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends