Tape m’en cinq #2

A rédacteur différent même concept, pour une petite sélection de formations 100% fresh & french ayant pour uniques points commun la qualité de leurs premiers enregistrements et une exposition médiatique inversement proportionnelle à leur talent.

1. After Blowdown

On commence avec ce quatuor qui confond la Vendée et Bristol, c’est pas commun nous direz-vous et pourtant les signes de trompent pas, beat trip-hop, atmosphère en clair-obscur, élans électriques et spleen vocal de la chanteuse Rozenn, After Blowdown (photo) cite avec raison Portishead, Ez3kiel (cf. Lull) ou Idem et on ajoutera pourquoi pas Delilah’s Gold mais c’est vrai qu’on les verrait bien chez Jarring Effects avec un morceau de la qualité de Last Dawn, extrait de leur premier EP To The Edge Of The Wood offert à l’écoute et au téléchargement via Jamendo :

  

Pour la version CD c’est aux concerts du groupe et à prix libre que ça passe, ne reste plus qu’à trouver les salles intéressés pour une prochaine tournée (à commencer par l’inauguration de l’Epicerie Culturelle de Nantes le 15 janvier prochain) et à guetter chaque mois le nouveau morceau promis par le groupe sur facebook, c’est Distress en écoute également sur le site officiel qui ouvre les hostilités, plus proche que jamais de l’univers de spleen urbain exploré par Beth Gibbons et Geoff Barrow dans les 90’s.

2. Home & Dry

En écoute dans le bon ordre sur le myspace du groupe, le 1er EP des parisiens Home & Dry s’appelle tout simplement #1, rien là-dedans qui puisse laisser présager de l’ambition de cet autre quatuor emmené par la forte personnalité vocale de Laure Laferrerie, intonations à la Bowie sur guitares bluesy un brin rétro avec House Of The Ugliness dont la dimension dramatique, presque cinématique rappellera à certains nos chouchous de 21 Love Hotel.

Une passion évidente pour le rock anglais suinte de ces trois titres, des riffs glam de Let Bygones aux arrangements de cuivres très 60’s de Gentle Drift, et s’il faudra sans doute quelques enregistrements supplémentaires pour mettre Home & Dry sur la piste d’un label digne de ce nom, l’émulsion est déjà parfaitement réussie et va droit à l’essentiel sur ces trois titres à écouter en boucle.

3. Painting By Numbers

On aura en vain attendu un album pour vous parler du trio parisien et de leur démo de 6 titres offerte au téléchargement depuis fin 2009, mais il serait dommage de garder plus longtemps secrètes les fulgurances math/noise de Painting By Numbers mises à disposition via le netlabel Lost Children.

Car en l’occurrence "démo" n’est pas synonyme d’enregistré à la va-vite entre deux bières dans la chambre du petit frère : d’improvisations dissonantes mais jamais poussives aux mélopées atonales en échappées électro cosmiques sur fond d’arythmies minimalistes, la constante est bien l’atmosphère, un brin psyché et toujours prépondérante qui faisait déjà de cette Live Demo l’un des tous meilleurs EPs de l’an dernier, à conseiller aux amateurs de PVT ou Holy Fuck avec en ligne de mire les BO de giallos signées Morricone (Secret Foam Island), les percées aventureuses du krautrock (Volcano) ou les savantes constructions épiques de Tortoise (BGM 03).

4. Meringue, Alcohol & Us

Mélodies douce-amères, chant mixte en anglais, carillons et guitares en bois, on se croirait chez The Limes et pourtant cette fois le groupe est 100% de chez nous, de Poitiers pour être précis. Pas faute d’avoir été mentionné dans Les Inrocks ou Longueur d’Ondes à la sortie de son premier album éponyme début 2009, le trio s’autoproduit à nouveau sur son deuxième EP Hollyhocks sorti le 1er novembre et en écoute sur bandcamp, comme tout le reste de sa discographie dont le récent single Crazy offert au téléchargement, plus uptempo que les 5 titres de l’EP mais parfaitement représentatif de cette ferveur délicieusement bancale :

Meringue, Alcohol & Us - Crazy
http://www.gohan82.com/meringue/Crazy.mp3

5. Svindrön

On termine cette série dans une veine nettement plus électronique avec Svindrön, sensation vendredi dernier de la soirée d’ouverture du Riddim Collision qui bat son plein avec un set parfaitement dosé entre techno minimale fortement saturée, house hédoniste, nappes planantes à réel pouvoir d’évocation et IDM aux atmosphères bien trempées. On aura reconnu aux passage un titre ou deux du premier EP du lyonnais, Constanze, à télécharger sur le site du micro-label Vaatican Records.

Là on est carrément dans une IDM épileptique à tendance gothique et finalement c’est tant mieux, de même qu’avec les deux morceaux plus anciens en écoute sur le site officiel de ce talentueux beatmaker qui n’a certainement pas fini de faire parler de lui dans les milieux autorisés.