Brainfeeder met les petits plats en attendant les grands

Actu bouillonnante en ce début d’année du côté de Brainfeeder, label du génial Steven Ellison aka Flying Lotus qui n’hésitait pas à mettre en avant son background jazz le mois dernier en sortant le troisième album du pianiste Austin Peralta, croisé notamment en tant que sideman pour Erykah Badu ou le Cinematic Orchestra.

Après avoir repris Herbie Hancock, Charles Mingus ou Chick Corea entre deux compos originales sur ses précédents opus édités par le label japonais Eighty-Eight’s, le jeune pianiste influencé par la liberté de Coltrane (grand-oncle d’Ellison via sa grand-tante Alice Coltrane pour ceux qui suivent) et le touché de son pianiste attitré de la grande époque McCoy Tyner signe ainsi l’intégralité du superbe Endless Planets, véritable petite suite interprétée en quintette et traçant un pont entre classicisme et modernité, romantisme et préoccupations plus métaphysiques avec l’appui de Strangeloop au mixage et du Cinematic Orchestra sur un final cosmique illuminé par les errances éthérées de la vocaliste live du combo anglais, Heidi Vogel.

Pour le reste, il faudra néanmoins se contenter de formats courts puisqu’après le glitch-hop embrumé et saturé de Matthewdavid - révélé en 2009 par son remix de Comet Course sur l’EP L.A. EP 3 X 3 du patron FlyLo - dont l’ International EP paru la semaine dernière précède un premier long Outmind prévu pour le 19 avril, c’est le New-Yorkais Taylor McFerrin (photo), rejeton du célèbre Bobby "Don’t Worry, Be Happy" McFerrin, qui se révèle à nous via un single en forme d’EP paru fin février et qui n’aurait pas dépareillé chez Ninja Tune (distributeur justement des sorties Brainfeeder par chez nous), jugez-en donc par ce morceau-titre dont les claviers oniriques et la section rythmique toute en tension dramatique à la façon d’un Lalo Schifrin se trouvent transcendés par le spleen de la philadelphienne RYAT aux intonations parfois proches de Björk :


La suite, qui lorgne autant sur le dubstep que sur le jazz ou l’électro rêveuse devrait donner le jour dans la foulée à un album du nom d’ Early Riser, tout comme dans le cas du MC et producteur chicagoan Jeremiah Jae, remarqué l’an dernier par sa relecture de Kobwebz sur le Caliph’s Tea Party de Gonjasufi, qui fait également parler de lui en déclinant sur la grosse vingtaine de minutes grouillantes et futuristes de l’EP Rappayamatantra à paraître lundi prochain ses visions spirituelles et abstraites quelque part entre J Dilla et Prefuse 73, petit avant-goût prometteur de l’album Raw Money Raps.


Enfin, même punition ces prochains mois avec Charles Dickerson aka Mono/poly, habitué des soirées Low End Theory en live comme sur podcast au côté de Nobody (la dernière édition venant justement de voir le jour autour de Jon Hopkins et d’un autre résident de Brainfeeder, The Gaslamp Killer) et dont les Manifestations spatio-funk à partir du 4 avril s’annoncent aussi minimales qu’éclatées. Quant à la gent féminine, c’est peut-être bien elle qui nous réserve le plus gros morceau du lot avec l’arrivée dans l’équipe de la japonaise TOKiMONSTA, remixeuse de luxe du nouveau single de Daedelus dont les syncopes voluptueuses découvertes sur album ( Midnight Menu ) et EP ( Cosmic Intoxication ) l’an dernier devraient faire des petits sur un certain Creature Dreams à paraître le 16 mai prochain si tout va bien.

On l’aura compris, Brainfeeder a le vent en poupe ces temps-ci, au point de rééditer au format vinyle en janvier dernier le chef-d’oeuvre gargantuesque et schizoïde - mais trop souvent mésestimé il est vrai - de notre Mr. Oizo national, Moustache (Half A Scissor) daté de 2005 et que Flying Lotus (auteur d’un remix de Stunt déliquescent à souhait sur l’EP Shhh ! en 2008) n’hésite pas à décrire avec raison comme "l’un des albums électro les plus inspirants qui soient".

Un FlyLo lui-même quasi unanimement célébré l’an dernier dans les sphères électroniques et jazz pour son foisonnant Cosmogramma, digne successeur du séminal Los Angeles, et qui nous réserve également quelques surprises chez Warp à l’occasion du Record Store Day, à savoir une poignée de remixes et versions alternatives de ce troisième opus qui verront le jour en vinyle limité ce 16 avril. Rien de véritablement inédit pour les fans hardcore néanmoins puisque ces morceaux avaient été révélés en janvier dernier via l’application Trigger permettant aux possesseurs d’une webcam et de l’album original d’en scanner l’artwork pour mettre la main sur lesdits bonus :

1. Clock Catcher (Harp Arrangement)
2. Melting3
3. Pickled (Stripped Version feat. Matthewdavid)
4. Drips Mix 3
5. Catacombs (Extended Version)
6. Galaxy In Janaki (2008 Version)
7. Galaxy In Janaki (String Solo)
8. Archway (Teebs Remix)

A noter enfin puisqu’on fait un tour du côté de chez Warp la sortie à cette même occasion d’un split single signé Bibio (dont le nouvel album Mind Bokeh approche à grands pas) et Clark (demain soir au Rex Club de Paris avec Jon Hopkins et Battles notamment) avec un inédit pour chacun des deux musiciens.


Et en bonus, on se quitte sur cette superbe session live de Taylor McFerrin (actuellement en tournée française) enregistrée en début de mois à Los Angeles avec la participation d’Austin Peralta :


News - 15.03.2011 par RabbitInYourHeadlights
 



Après Lou Rhodes l’an dernier, le label Motion Audio de Jason Swinscoe, fondateur de The Cinematic Orchestra, accueille une autre belle voix bien connue des fans du groupe britannique, celle de L.D. Brown aka Grey Reverend.




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 22 mai 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends