Chris Taylor, du vent sans ses trois ours ?

Quand Chris Taylor, multi-instrumentiste et producteur de Grizzly Bear à la bouille d’éphèbe norvégien se lance dans l’électro-pop chez Warp sous le pseudonyme CANT, on n’en pense pas grand chose et surtout pas du bien à l’écoute des deux premiers extrait Answer et Believe dont la neurasthénie post-dubstep ne semble avoir d’égale que la pauvreté mélodique :

CANT - Answer (taken from Dreams Come True - Terrible Records / Warp Records) by Warp Records


CANT - Believe (taken from Dreams Come True - Terrible Records / Warp Records) by Warp Records


Après avoir réussi à saper la créativité des géniaux Department Of Eagles de son compère Daniel Rossen en venant produire In Ear Park dans cette même veine exagérément extatique mise en avant sur son Veckatimest néo-hippie au succès critique disproportionné, fallait-il vraiment en arriver à concurrencer le gospel électro-hédoniste de James Blake et la house/new wave tout aussi lénifiante de son compère George Lewis Jr. aka Twin Shadow - dont il supervisait l’an dernier le premier album Forget et qui le soutient justement ici ?

Autant confier une béquille branlante à un tétraplégique, mais quoi qu’il en soit et ne serait-ce que par respect pour les deux premiers opus des ours en peluche, il faudra bien prêter une oreille à ce Dreams Come True prévu pour le 12 septembre, qui sera suivi d’une tournée européenne en novembre avec un passage par le Nouveau Casino de Paris le 12.

News - 19.08.2011 par RabbitInYourHeadlights
 


Grizzly Bear ne s'endort pas sur ses lauriers

Après un Veckatimest qui leur a permis d’accroître davantage encore leur notoriété, les quatre membres de Grizzly Bear dévoileront leur quatrième opus le 16 septembre prochain. Si le nom de ce dernier n’a pas encore été communiqué, il comportera dix morceaux. Au travail depuis de longs mois, le quatuor a ainsi fait le tri parmi les vingt chansons (...)



Chroniques // 11 septembre 2012
Grizzly Bear

Il fut un temps où l’on comparait aisément Grizzly Bear et Animal Collective. Certes moins pour le psychédélisme volontiers extatique des deux quatuors que pour leurs parcours respectifs de New-Yorkais branchés, d’abord encensés pour leur capacité à faire sortir la folk de ses gonds, puis signés à peu près en même temps sur des labels de renom synonymes (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 17 février 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends