Lights Out Asia se joue des cartographes

Actifs depuis 2003, les Américains de Lights Out Asia sont un peu à l’électronica ce que les Italiens de port-royal sont à l’IDM et à la techno : un groupe de post-rock au lyrisme contenu dont les guitares s’effacent devant les beats en suspension et le spleen des claviers, privilégiant émotion et atmosphère au rugissement des décibels.

D’ailleurs la trajectoire du trio de Milwaukee, Wisconsin ne trompe pas, arrivé en 2007 dans les rangs du label électronique californien n5MD - justement distributeur des disques de port-royal outre-Atlantique - pour une série de trois albums dont le dernier en date, In The Days Of Jupiter, avait mis la barre très haut en 2010 en terme de mélancolie éthérée parfois à la limite de l’ambient.

Une direction que son successeur Hy-Brasil, à paraître le 5 juin toujours chez n5MD, pourrait bien prendre à contrepied au regard de la puissante rythmique qui sous-tend les mélodies aériennes, les nappes à la Eno et autres choeurs élégiaques en seconde moitié de They Disappear Into The Palms, single transfiguré par le clip endeuillé de Tanner Volz aka Anklebiter que Lights Out Asia remixait pas plus tard que l’an dernier en clôture de Queue, du côté de Tympanik Audio :


Car si le départ du second guitariste Mike Rush, laissant les membres fondateurs Mike Ystad (électronique, claviers) et Chris Schafer (guitares, voix) seuls pour la première fois depuis le séminal Garmonia (2003), nous promet une prédominance des synthés et des beats pour ce cinquième opus, le label nous l’annonce paradoxalement comme "plus viscéral". Comme quoi rien n’est aussi simple qu’il y paraît avec Lights Out Asia.

Quant au titre de ce nouvel album, il vient du mythe d’une île fantôme censée se situer, selon de nombreuses cartes bien réelles, au large des côtes sud-ouest de l’Irlande et n’être visible que tous les 7 ans - on parle aussi de coordonnées géographiques inclues dans un message alien concernant une "exploration de l’humanité", ce qui a particulièrement dû intriguer le groupe, fasciné par l’espace depuis ses débuts...

News - 19.04.2012 par RabbitInYourHeadlights
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 6 avril 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends