The Delano Orchestra - EITSOYAM

1. Everything Voir la vidéo The Delano Orchestra - Everything
2. Girl
3. Wake Up
4. Aak
5. Wollaws
6. Xxx
7. Breathe
8. November Voir la vidéo The Delano Orchestra - November
9. Light Games
10. Always
11. Candle
12. Dreams
13. Summer

2013 - Autoproduction

Sortie le : 21 janvier 2013

Un voyage en altitude entre lacs et volcans

Eitsoyam s’ouvre par un souffle de vent, peut-être un de ceux qui balaient l’hiver le lac du Guéry ; le plus haut lac d’Auvergne parait justement très proche de Eitsoyam de par sa rudesse et le sentiment de liberté qui se dégage de ce lieu. Une étendue d’eau donc de sérénité au milieu des montagnes et leur violence hivernale.

On retrouve cette variété sur Eitsoyam , album paysage tour à tour exalté et apaisé, oscillant entre mélodies et murs du son. Déjà auteurs de quatre albums cousus main, The Delano Orchestra et Alexandre Rochon (qui nous avait livré sa vision de 2012 grâce à un joli podcast) ont appris à varier leurs compositions.

Après une ouverture sur Everything saisissante de puissance froide, les deux titres suivants, Girl et Wake Up, portent des couleurs bien pop, vivantes, vertes, éclairées de riffs de guitare et de trompette comme un vent frais qui nous caresserait le visage. Dès les superbes Aak et Wollaws on retrouve les sonorités introspectives presque minérales de Sparklehorse si chevillées au corps du Delano Orchestra. Puis après Xxx, parenthèse Pixies hasardeuse, arrivent Breathe et November, pièces centrales du disque. Deux titres, deux itinéraires, deux chemins différents où les spirales de guitares nous emmènent pourtant au même endroit, en hauteur, peut-être tout en haut d’un massif du Sancy imaginaire où l’intensité et la force règnent en maîtres. Light Games nous ramène calmement auprès du lac. Always et le ciel est zébré d’éclairs de trompette. Candle et ce sont des trombes de guitares qui nous tombent dessus non sans plaisir. Dreams est une promenade en barque qui nous fait progresser doucement vers Summer où l’on retrouve le chant si fragile et touchant d’Alexandre Rochon.

Eitsoyam est un disque sensuel en cela qu’il fait appel à tous les sens, les éveillent et les décuplent, un disque qui nous laisse pourtant béats devant tant d’élégance.


( Spoutnik )





Disques - 13.11.2012 par RabbitInYourHeadlights
 


The Delano Orchestra, le noir leur va si bien.

Ma première rencontre avec The Delano Orchestra est assez récente et même presque irrationnelle. Suite à la sortie de leur premier album, A little girl, a little boy, and all the snails they have drawn, j’ai été de suite happé par, dans un premier temps, la pochette, puis le titre en forme de conte venu de nulle part. Mais l’étape des extraits via (...)



News // 13 novembre 2012
Financez le son auvergnat !

Les membres du Delano Orchestra font appel à vous pour les aider à financer leurs deux prochains projets sur Ulule.auvergne-nouveau-monde.fr ! D’abord MVAT MVCT MLWY, album entièrement instrumental (violoncelle, violons, piano, trompette). Puis EITSOYAM, album "classique" (mais peut-on parler de classicisme avec le Delano Orchestra ?) où (...)



Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra

Avant chaque album, Jean-Louis Murat assure l’exercice de promo qu’il aime détester. Il rencontre ainsi les journalistes, leur donne la pâtée et la phrase choc qu’ils sont venus chercher en lui tendant un micro et s’en va en tournée. Avec la sortie de Babel, le natif de La Bourboule ne déroge pas à la règle si ce n’est qu’aussi désabusé soit toujours (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


samedi 17 novembre 2018


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends