Le streaming du jour #589 : Kotra & Zavoloka & Dunaewsky69 - ’Kallista’

On en rêvait depuis les 10 minutes (sur 31) de Graftal, extrait d’une installation itinérante aux structures rythmiques complexes et mouvantes prévues pour être jouées sur 47 canaux, et voilà que Kvitnu nous sert sur un plateau (comprendre digital ET CD puisque l’écurie ukrainienne s’est récemment remis au format physique, rééditant notamment l’excellent Synthetic Ice Cream [For Droids] de Kaeba chroniqué ici ou l’inquiétant Svitlo de Zavoloka) une collaboration entre le patron Kotra et sa graphiste attitrée - sacrée Grande Poétesse du beat en clair-obscur par votre serviteur - accompagnés qui plus est par un autre éminent représentant du label et de cette foisonnante scène IDM atmosphérique et texturée de Kiev, j’ai nommé Dunaewsky69 que l’on vous présente déjà depuis près de deux ans comme un potentiel héritier d’Autechre.


Au programme, un hommage non point à la capitale ukrainienne mais bien à sa "voisine" polonaise Cracovie, ville fantôme et hyperactive à la fois brassant les idées neuves sur fond de vestiges du passé et de renouveau technologique, via une collaboration à distance puisque les trois beatmakers se succèdent à intervalles irréguliers sur ce Kallista pour évoquer chacun à sa manière l’atmosphère présente, passée et future de ce nouveau carrefour des musiques électroniques de l’Est.

Une autre manière de brouiller les pistes à l’instar des fleurs digitales et sanguinolentes de la pochette puisque si chacun commence par évoluer dans les limites plus ou moins floues de l’univers qu’on lui connait, des boucles minimalistes et abrasives de Kotra aux concassages futuristes et anxiogènes de Dunaewsky69 en passant par les arabesques oniriques et troublantes de Zavoloka, toutes ces influences finissent bien vite par s’interpénétrer voire même faire des petits, comme en témoignent notamment le cybernétique et saturé Sikornik de Zavoloka que l’on aurait volontiers prêté, à l’aveugle, à Dunaewsky69, ce dernier s’aventurant à l’inverse sur les terres de Kotra et de ses stridences hypnotiques avec Triumph et Kotra sur les siennes avec le dystopique Kopiec, Zavoloka venant finalement mettre tout le monde d’accord avec le surprenant Planty, qui démarre comme... du Kotra pour mieux s’échapper sans prévenir en mode mécanique et dansant.


Mastérisé à Rome par Gianclaudio H. Moniri aka Kaeba et moitié de Plaster, l’album bénéficie en outre de l’assistance du Tchécoslovaque d’origine et Cracovien d’adoption Jonáš Gruska (alias MRKVA), des field recordings de Michał Pawełek et même du saxo d’une certaine Ayane Yamanaka samplé par Kotra sur l’erratique Solvay, musiciens du coin eux aussi.

L’occasion maintenant qu’on a élargi le line-up de vous faire baver un peu en vous disant que l’un des beatmakers cités dans cet article se joindra très bientôt à celui de notre compilation, à découvrir ici au fil des interviews et bientôt en images dans nos pages... mais n’en disons pas plus.

Et comme si cela ne suffisait pas, un second invité de Kvitnu s’est également immiscé dans la tracklist du projet parallèle mené par le blog Des Cendres à la Cave, exclusivement consacré quant à lui au versant sombre de ces musiques singulières que l’on défend régulièrement dans cette rubrique "streaming du jour". Et là encore, c’est du côté de facebook que ça se passe pour ne pas perdre une miette de ces Transmissions From The Heart Of Darkness que l’on vous promet pour le moins gargantuesques.


Streaming du jour - 26.11.2012 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Dunaewsky69 sur IRM - Myspace - Site Officiel
Zavoloka sur IRM - Site Officiel - Bandcamp - Myspace
Kotra sur IRM - Site Officiel - Myspace

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 24 avril 2019


Sulfure Festival

surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends