Le streaming du jour #746 : The Great Artiste - ’At The Bridge Of Dawn EP’

L’an dernier, The Great Artiste reprenait Spiritualized et anticipait la fin du monde avec les jams psyché/garage d’un premier EP épique et rugueux, dont les intenses incursions chorales et violoneuses flirtaient également avec le post-rock d’A Silver Mt. Zion. Cette année, les mêmes Nancéiens rendent hommage à Spiritualized et lâchent les bombes sur sa suite aux sonorités nettement plus denses et contrastées, entre shoegaze et rock noisy. Qu’est-ce qui a changé, en trois mots ? Émancipation, production, ambition... mais sûrement pas cet amour pour Spiritualized dont la succession semble désormais assurée.

Le crescendo dans l’enchaînement des titres se fait plus aiguisé, plus narratif aussi sur At The Bridge Of Dawn qui s’ouvre et se referme sur des sirènes hurlantes et les grondements des bombardiers de la pochette lâchant leurs obus sur ce qu’il restait du shoegaze en 2013 pour mieux reprendre les choses là où Ladies And Gentlemen We Are Floating In Space les avait laissées. Loin d’être une tentative pédante d’auto-célébration, le nom The Great Artiste fait d’ailleurs référence au Boeing B-29 Superfortress chargé de recueillir les données scientifiques de l’explosion atomique d’Hiroshima en 45.

Et la science des vortex de guitares, le quatuor connaît, convoquant rien de moins que Ride sur The Nagasaki Equation et Blonde Greta pour l’évidence mélodique et le fuzz bourdonnant autant que pour la puissance sèche des fûts. Mais lorsque les distos droguées et le chant indolent prennent le dessus sur From A Dead Star, morceau de bravoure aux élans lancinants, on réalise véritablement le pallier passé en terme de production par Étienne (chant, guitare), Benoît (guitare), Aurélie (basse) et Quentin (batterie) qui ont cette fois confié l’enregistrement et le mixage à un professionnel du son du côté de leur fief de Nancy, David Laramée.

Ici pas de reprise de la bande à Jason Pierce comme pour le nonchalant et planant Let It Flow transformé en complainte post-folk sur l’EP précédent, et pourtant c’est sur un hommage évident aux auteurs de Songs In A&E que se clôt ce deuxième format court via un hymne presque éponyme en deux mouvements, final majestueux et rassurant dont les larsens en surplomb annoncent le virage noisy-pop transcendé par un orgue fervent. En quatre morceaux tout est dit, il faudra désormais compter sur The Great Artiste pour reprendre le flambeau d’un rock anglo-saxon en perdition :



En téléchargement à prix libre via Bandcamp.


Streaming du jour - 05.05.2013 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
The Great Artiste sur IRM - Bandcamp

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 24 avril 2019


Sulfure Festival

surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends