Le streaming du jour #1318 : Trotski Nautique - ’3EP’

Il faut bien reconnaître que l’on n’a pas été particulièrement réactifs avec David Snug, aka Trotski Nautique. Alors qu’il publiait une paire d’EPs dès 2012, notre premier contact avec le bougre date de l’an dernier avec la réalisation d’un "tribute" au Nevermind de Nirvana.

Cet hommage aux Seattlïtes était organisé par Et Mon Cul C’Est Du Tofu, label auquel est resté fidèle Trotski Nautique. Sa contribution ouvrait l’opus avec une relecture de Smells Like Teen Spirit intitulée Ca Sent Le Mennen.

Sur Nevermind, le bébé présent sur la pochette originale était remplacé par un dauphin tandis qu’une merguez se substituait au billet de banque maintenu au bout d’une ligne. Vous l’aurez compris, Trotski Nautique n’a pas choisi ce label par hasard. Il en partage l’humour et l’attrait pour le calembour.

Cet hommage nous permettait de croiser la route du prolifique Jessica93, lequel admettait d’ailleurs qu’il devait à David Snug le choix de composer et tourner en solo. Un succès pas tout à fait prévisible lorsque l’auteur de Rise assurait les premières parties de Trotski Nautique. Une époque assurément révolue puisque, aussi sympathiques soient les compostions de Trotski Nautique, elles ne suffiront jamais à s’attirer les faveurs du grand public.

Comme son nom l’indique, 3EP est l’assemblage de 3 EPs répondant aux noms de Chomsky Ned, Oncle Vania Pocket et Tolstoi Story. Calembours toujours. Mais le Français ne prend personne par surprise, et cet humour qui transparait dans le choix de ces titres s’imprègne profondément dans ses compositions.

L’univers de Trotski Nautique rappelle en tout cas celui de Jean-Luc Le Ténia. Comme le regretté manceau, David Snug est particulièrement doué pour conter la banalité du quotidien. Sur Voisin De Palier, il déclame ainsi : "J’Habite au 6ème dans un immeuble / Quartier de la Goutte-d’Or / Dans mon immeuble / Il n’y a pas d’ascenseur / Alors je monte les escaliers / Plusieurs fois par jour / Pourtant je n’ai jamais croisé / Mon voisin de palier / Pourtant je sais qu’il existe / Quand je fais de la guitare le dimanche après-midi / Il ne se gêne pas pour cogner".

Rien d’extraordinaire dans les histoires narrées par l’artiste. Cependant, à l’instar de Jean-Luc Le Ténia, il parvient à créer des atmosphères génialement gênantes - le pendant visuel de celles-ci pourrait être l’émission Strip Tease - en un intervalle de temps réduit, les titres ne dépassant qu’exceptionnellement les deux minutes.

La comparaison va même plus loin puisque David Snug aime également railler ses contemporains adoubés. Là où le Manceau se farcissait Bertrand Cantat, Trotski Nautique tourne en dérision Yann Tiersen sans même le citer sur La BO D’Amélie Poulain.

Il y a bien sûr ici et là des titres moins inspirés, mais comment le reprocher à un artiste si prolifique réunissant une collection de vingt-cinq morceaux ? On s’enthousiasmera sur les sommets Careless Whisper ou Le Temps Béni Des Colonies De Vacances, tandis que Prix Libre constituera un support de réflexion quant à notre consommation musicale ("Le prix libre c’est de droite / C’est l’dérèglement du marché / C’est l’acheteur du produit / Qui fixe le prix d’la valeur travail").

Avec un autre pseudonyme, Jean-Luc Le Ténia aurait été plus crédible. Si Trotski Nautique n’a pas été aussi loin - son sobriquet n’inspire pas le dégoût - la particularité de son humour ne peut qu’être un handicap pour rayonner sur les ondes FM. Tant mieux, le monde n’est pas encore prêt pour encenser les ritournelles lo-fi minimalistes du Français.


Streaming du jour - 11.06.2015 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Trotski Nautique sur IRM

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


dimanche 17 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends