Richard Kapp & the Gowns - Fake !

1. Play
2. Fake Voir la vidéo Richard Kapp & The Gowns - Fake
3. Simple Song
4. The Unemployed Cowboy Boy
5. I See Myself in the Water
6. Watching the Raindrops Fall
7. Jump on the Bandwagon
8. Camera Love
9. Say Hello

2015 - Vienna2Day

Sortie le : 25 juin 2015

L’ivresse du faux

Huitième opus de l’Autrichien et quatrième en 7 ans à la tête d’un sextette chamber pop à l’univers aussi nostalgique que truculent, Fake nous fait l’honneur d’intégrer la superbe ballade I See Myself In The Water composée par Kapp trois ans auparavant pour notre compilation Clouds toujours en libre téléchargement, et rien que pour ça on s’en serait voulu de passer sous silence ce nouveau recueil de vignettes jazzy dédié cette fois au culte du faux, de la tromperie et des apparences.

Retravaillée en version uptempo avec roulements de percussions, glockenspiel tintinnabulant et arrangements de cordes plus lyriques voire même quelque peu emphatiques, la chanson s’inscrit dans une atmosphère enlevée où spleen et ironie n’éclipsent jamais la dimension ludique de l’interprétation et la facétie des mélodies, des gimmicks cabaret du morceau-titre aux déhanchements latins du sublime Camera Love en passant par les clins d’œil country violoneux de The Unemployed Cowboy Boy, les charmes rétro d’un Jump On The Bandwagon enluminé par les chœurs d’Agnes Rössler et le trombone de Paul Schreitl, ou encore les ronds de jambes viennois de l’instru Watching The Raindrops Fall qui n’aurait pas dépareillé sur le Promenade de The Divine Comedy, influence de toujours qui tend pourtant à s’estomper ici au profit d’un songwriting plus personnel que jamais.

Moins ambitieux peut-être que ses prédécesseurs Lunchbox et AMOK, l’album emmené comme à l’accoutumée par le piano virevoltant et le maniérisme vocal décomplexé de l’Autrichien compense ainsi par sa belle cohérence thématique, abordant de diverses façons nos arrangements de tous les jours avec la vérité, qu’on se mente à soi-même en enfilant le costume du personnage qui nous permet de nous conformer sans trop se détester aux attentes de la société, ou plus explicitement, sur Fake, à la tyrannie du travail de bureau ("your rehearsal is from 9 to 5 and when you’re down, it’s back to life"), qu’on s’aime faute de courage par caméra interposée (Camera Love) ou qu’on rêve d’un retour à plus d’honnêteté et de simplicité dans un monde où tout un chacun met sa vie en scène par réseaux sociaux interposés (Simple Song) et où les cowboys au grand cœur qui faisaient rêver au siècle dernier se retrouvent à l’ANPE (The Unemployed Cowboy Boy).

Que l’on cherche la vérité dans les miroitements d’un reflet d’où surgissent souvenir de jeunesse et ambitions passées, ou dans la mélancolie d’un jour de pluie...

Car un jour, on y croit, les battements du cœur reprendront leurs droits (Say Hello).


( RabbitInYourHeadlights )



Disques - 25.08.2015 par RabbitInYourHeadlights
 


Interviews // 16 février 2017
Entretiens à Twin Peaks : #34 - Richard Kapp

Retrouvez chaque semaine dans nos pages les interviews de quelques-uns des contributeurs à la future compil’ Twin Peaks d’IRM. Sur un nuage il y a quatre ans avec le superbe I See Myself in the Water offert à notre précédente compilation avant de reparaître en version orchestrée sur l’excellent Fake ! en 2015, dernier album en date avec sa troupe (...)



Le streaming du jour #1915 : IRM presents - 'IRMxTP Part XIV - Red Room (The Evil in These Woods)'

Radiations ténébreuses et digressions surréalistes émaillent ce 14e volet - l’avant-dernier à voir le jour - de notre hommage lynchien. Et pour cause, après en avoir chassé l’entrée au gré d’une échappée nocturne dans les méandres inquiétants de la forêt de Ghostwood (sur le volume 13, à télécharger là), c’est dans la fameuse Loge Noire habitée par les (...)



Chroniques // 20 avril 2007
Richard Kapp

Pourquoi donc faire long et très bien quand on peut faire court et encore mieux ? Ç’aurait pu être ma devise pour cette chronique, si ce n’était un minimum de modestie et surtout le talent insolent de Richard Kapp, dont on a décidément pas fini de parler.




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 15 novembre 2018


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends