Focus sur San Diego et le Red Lotus Klan

Focus sur l’underground de San Diego et Red Lotus Klan, l’un des labels hip-hop les plus excitants de cette année. Derrière ce blase joliment floral se cache Scvtter Brvin (aka Infinity Gauntlet), le producteur San Diegan qui assure la cohérence du truc, un producteur stakhanoviste puisqu’il porte à lui seul la paternité de six sorties depuis le début 2016 !

Construit sur les cendres des légendaires Masters of The Universe (les emcees Gonjasufi, Odessa Kane, Genghis Khan et Scvtter Brvin aux manettes), l’histoire du Red Lotus Klan commence au début des années 2010 avec Chasing Victims Through Sound Systems et surtout avec la série Musique De Crasseux Scvtter Brvin commence à montrer toute l’étendue de son talent, même si son travail avec Bigg Jus et Orko Elohiem au sein des Nephlim Modulation Systems posait déjà bien le pedigree du bonhomme !

Tout s’emballe ensuite ! Déjà l’année dernière avec la suite de ses Grand Theft Audio sortie chez I Had An Accident Records et puis cette année, avec GLORY pour The On A Sik One Session. Mais c’est surtout avec l’excellent Dark Light Tablets que le talent d’ambianceur de Scvtter Brvin va nous péter à la gueule ! Signé avec Pruven, le non-moins excellent emcee du Connecticut dont nous attendions tous avec impatience le retour depuis son Wordplay Sensei de 2014, Dark Light Tablets est un concentré d’underground, un chaud-et-froid et un pont underground entre les deux côtes ricaines. Le flow brut et athlétique east-coast de Pruven rehausse les ambiances sombres, mais luxuriantes et poétiques de Scvtter Brvin, la recette fonctionne parfaitement, la symbiose est là. Et puis il y a Sun Ra, Conduct of Code, Toxic Anger Release (wahou) ou Colorful Canvas (wahou), des claques estampillées Red Lotus Klan !

Suivra ensuite Pistol Opera 4 sorti sous le blase d’Infinity Gauntlet, la suite de son projet instrumental fait de beats modernes mais incrustés d’ambiances western ! Une teinte cinématographique tantôt psychédélique, tantôt fantomatique, mais toujours gorgée de suspense un peu comme un thriller rythmique dans lequel on embarque dès le grandiose Scattergun !

Ce début d’année a aussi vu le retour par des projets solo de la clique Masters of The Universe. D’abord Genghis Khan avec Friday Night Fright, un EP court, mais monstrueux, martial et grandiose en forme de suite logique au Night Gallery de 2011. Quatre titres, rien de plus, mais quatre grands titres et surtout une ambiance globale horrifique et expérimentale assez dingue, une sorte de petit Dr. Octagon avec un Kool Keith macabre et hanté.

Le crew Masters of The Universe comptait aussi Autopsy, l’emcee qui avec Odessa Kane (lui-même MC qui n’est autre que le frère de Scvtter Brvin) avait commis Civil War, une boucherie pas encore estampillée Red Lotus Klan mais qui présageait le Savage Planet sorti cette année. En terme de violence urbaine à la Billy Woods, on ne fait guère mieux, le flow saccadé d’Autopsy colle admirablement aux compositions lyriques et rythmées de Scvtter Brvin et l’uppercut en pleine face fait mal !

Dernièrement Scvtter Brvin est allé faire ses courses du côté de Brooklyn et y a déniché Boxguts, l’emcee au nez fin qui avait déjà pondu un excellent Blunt Forced Trauma avec Yokes en début d’année. Le fruit de cette collaboration coast-to-coast sera Trippin Down Melody Lane, un LP fait de rap d’en-dessous, beau et urbain avec une production extraordinaire tour à tour pesante ou enlevée servie par un flow précis et agressif à la Vordul Mega, grand de chez grand !

Voilà pour ce petit tour d’horizon des sorties de 2016 du Red Lotus Klan, en espérant vous avoir donné envie d’approfondir certains artistes car ils le méritent, de plonger dans quelques trucs plus anciens et surtout de suivre Scvtter Brvin de près, surtout que l’année n’est pas finie et que d’autres petites tueries vont arriver sous peu !


Articles - 08.05.2016 par Spoutnik
... et plus si affinités ...
Scvtter Brvin sur IRM
Infinity Gauntlet sur IRM
Pruven sur IRM
Odessa Kane sur IRM
Genghis Khan (San Diego) sur IRM
Boxguts sur IRM - Bandcamp