Le streaming du jour #1472 : Gontard ! - ’Mausolée Tape Jean-Luc Le Ténia’

Jean-Luc Le Ténia était un personnage. Admirateur devant l’éternel de Daniel Johnston, il n’hésitait pas à enregistrer des compositions lo-fi simplement muni de sa guitare en bois. Tout du moins durant la première partie de sa carrière, puisqu’il utilisera ensuite un clavier cheap comme composante principale.

Un personnage donc, qui avait fait son antre de la médiathèque du Mans, où il travaillait. Il n’hésitait ainsi pas à glisser ses propres CDs dans les rayons de manière "clandestine" ou à faire des ristournes sur les abonnements aux demoiselles qu’il trouvait séduisantes. En live, et lorsque le public était réceptif, Jean-Luc Le Ténia n’hésitait par ailleurs pas à terminer ses prestations en tenue d’Adam.

Radical et dépressif, le Manceau a publié de son vivant une dizaine de disques en autoproduction, dont la majorité est accessible sur son site officiel, sans occulter Le Meilleur Chanteur Français Du Monde (un titre honorifique qui lui sera attribué par Didier Wampas) signé en 2002 chez Ignatub. L’écriture de ses compositions s’étirant rarement au-delà des deux minutes ne lui prenait jamais plus d’une heure, sans quoi il renonçait à publier le morceau. Direct, donc.

Et punk. Avec des guitares en bois et des synthés cheap. Jean-Luc Le Ténia s’est donné la mort en 2011, non sans avoir mis en scène celle-ci quelques mois auparavant dans le cadre d’un titre et d’un clip un peu glauques, mais il constitue probablement l’un des précurseurs de cette pop underground à tendance punk qu’affectionnent particulièrement une bonne partie des artistes gravitant autour de La Souterraine, David Snug et Gontard ! en tête.

Ce dernier, après l’excellent Repeupler paru en début d’année, a justement choisi de rendre hommage au Manceau dans le cadre d’une Mausolée Tape et l’explique de la manière suivante : "Depuis le début des années 90, je suis attiré par les mavericks à l’opulence discographique, la plupart d’entre eux sont ricains (Lou Barlow, Daniel Johnston, Robert Pollard, Stephin Merritt), lointains (Robert Forster, Chris Knox), voire britanniques (Momus, Aidan Moffat). Et dans le même temps, quoi de plus touchant que le malaise français en direct, des mots simples, les névroses intimes du voisin de palier ? Jean-Luc Le Ténia, c’était tout ça".

Vrai. "Les névroses intimes - ou pas - du voisin de palier", il y a de cela dans les chansons du regretté sarthois. Plus pudique, Gontard ! s’approprie donc celles de Jean-Luc Le Ténia et les contourne en même temps qu’il les prolonge. Fidèle aux textes originaux, il n’en oublie pas moins de proposer des versions instrumentales très différentes, que ce soit sur Et Les Filles doté initialement d’un background au piano mais rempli de cordes qui donnent un ton mi-enfantin mi-analogique à l’ensemble, sur Gerçures dont la version cold-wave est d’une efficacité imparable, le minimalisme de Notre Maison, sans doute l’un des rares titres plus épurés que l’original, ici doté d’une délicatesse à couper le souffle, ou encore Seul De Nouveau, l’un des classiques sous-estimés de Jean-Luc Le Ténia où les bois d’antan sont remisés au placard pour laisser place à une version électrique sans doute supérieure à l’originale.

Parmi la pléthorique discographie de l’artiste auquel il rend hommage, Gontard ! s’est principalement concentré sur trois disques : Le Meilleur Chanteur Français Du Monde (Et Les Filles, Au Coin De L’Oreille), Un Garçon Sensible (Revenir, Chloé ou Notre Maison) et Devenir Le Monde (Gerçures, Elle Avait Dû Deviner), Jean-Luc Le Ténia ayant déjà commencé à se lasser de sa guitare en bois sur ce dernier disque qui date de 2007.

Les versions de Gontard ! surclassant pour l’extrême majorité les originales, cet hommage permet de faire apparaître différentes réalités : Jean-Luc Le Ténia n’était pas un grand interprète, il était en revanche un formidable compositeur, et Gontard !, pour sa part, possède de véritables compétences musicales que l’on aurait parfois tendance à sous-estimer hâtivement au regard de son attrait pour l’utilisation de boucles répétées.

L’exercice de reprises est donc précieux, puisqu’il offre une symbiose de ce que deux artistes passionnants ont à offrir de meilleur, et ce alors même que Gontard ! refuse la facilité en délaissant les classiques de Jean-Luc Le Ténia tels que L’Âme Du Mans (que l’on aurait pourtant aimé voir repris par le Valentinois), Laurent Boyer, Bertrand Cantat, Il Faut Garder L’Espoir, Tous Les Matins ou Contre Le Cannabis. Un bel hommage, en somme dont la réalisation, même si elle constitue probablement une ’récréation’ pour Gontard !, se justifie pleinement.


Streaming du jour - 22.01.2017 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Gontard ! sur IRM
Jean-Luc Le Ténia sur IRM

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 22 mai 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends