Le streaming du jour #1473 en exclu : Akira Kosemura - ’Our Own Picture EP’

Akira Kosemura nous fait l’honneur de choisir nos colonnes pour la diffusion en avant-première d’un nouvel EP. Loin d’être inconnu de nos fidèles lecteurs, celui qui nous avait emballés en 2010 avec le sommet Grassland a depuis composé la bagatelle de six longs formats et quelques paires d’EPs parmi lesquels Buddhists dont nous disions le plus grand bien l’an passé.

Difficile de suivre toutes les productions d’Akira Kosemura, particulièrement en cette année 2016 où il fut extrêmement généreux. Outre l’EP sus-mentionné et un autre intitulé DNA, il partageait en juin un MOMENTARY : Memories of the Beginning où l’on retrouvait notamment Devendra Banhart au chant sur le magnifique Someday avant de récidiver trois mois plus tard à l’occasion d’un One Day faisant la part belle à des improvisations enregistrées sur un vieux piano tiré du domicile parental.

Akira Kosemura semble être à cette période particulière de la vie où l’on se place au mitan des différentes générations. La nécessité de recréer le lien avec ceux qui ont écrit son histoire familiale se croise avec sa récente paternité. C’est ce dernier aspect qui est déroulé sur Our Own Picture, cet EP s’inscrit néanmoins dans la continuité de Buddhists en ce sens qu’il délaisse les boîtes à rythme qui venaient dynamiter les field recordings et parties aux claviers de Grassland pour se concentrer sur le piano.

Dédicacé à son jeune fils et à sa femme, You est ainsi une ode composée autour de ce seul instrument qui évoquera volontiers une forme d’allégresse presque spirituelle, mais pourra également faire office d’une berceuse tout à fait acceptable auprès d’un plus jeune public tant elle se construit autour d’un thème simple mais jamais simpliste. Désarmante, cette composition lorgne notamment sur l’univers d’un Max Richter.

Out of the Solitary Mind est pour sa part, comme son nom l’indique, un thème inspiré par le troc d’une vie de reclus contre celle de père de famille garant de l’éducation d’un enfant en bas âge, et toutes les conséquences générées par ce changement de statut. Enfin, avec une version au piano de Joy, Akira Kosemura revisite un titre qu’il offrait en 2013 au label Schole pour le troisième volume d’une compilation. Plus chaloupé, ce titre se veut un hymne à l’allégresse dans un registre finalement assez peu exploré par l’artiste.


Streaming du jour - 25.01.2017 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Akira Kosemura sur IRM - Myspace