Hems - Artisan

On ne saurait trop dire ce que l’on entend. Post-punk singulier ? Électro balbutiante ? New Wave déviante ? Une forme de blues occidental et urbain ? Un peu tout ça et bien plus sans doute. Peu importe, ce que l’on sait, c’est quArtisan va nous accompagner longtemps.

1. Écarte-Toi
2. Tu L’Auras
3. La Nuit Noire
4. Comme Tombé Du Ciel
5. M1 Abrams
6. Statique
7. Ma Carte À Puce
8. Slow
9. Extra

date de sortie : 28-02-2017 Label : Atypeek Music

Et donc, il y eut Hems. Passé sous les radars de l’époque - 90s’ balbutiantes, troisième année - mais administrant une belle claque aux quelques oreilles qui s’y arrêtèrent. Pochette rose bubble gum, une vis ronéotypée en plein milieu. Plus ou moins ce que provoquait le disque. Noise rock déviant qui payait certes le tribut obligatoire à son époque mais n’en restait pas moins ultra-personnel. Ça s’appelait Idreamtiwasmyowncage et ça s’insinuait dans l’encéphale à grands coups de tournevis tête plate. Plus tard vint Lourd Comme L’Air et déjà, le groupe était ailleurs. L’électro, déjà présente, s’insérait plus avant dans l’équation et apportait son souffle malsain. L’air encore plus irrespirable, oppressant alors même que les compositions desserraient leurs mailles. La même couleur uniforme en arrière-plan, le rose cédait devant le gris accablé, la même iconographie ronéotypée si ce n’est que le dessin bleu laissait ici sa place à quelques lettres noires. Mais c’était cohérent et ce fut la fin. Ça aussi, c’était cohérent. La trajectoire était bien celle d’une implosion et dans une sorte de Big Bang à l’envers, Hems avait fini par se recroqueviller en lui-même. Fin de l’histoire, deux témoignages sonores qui réintègrent encore la platine aujourd’hui et le petit culte personnel tenace qui leur est associé. On ne savait pas grand chose du groupe. Tout au plus qu’il venait de Thionville et qu’il comptait quatre membres : Alexandre Becker, Pierre Kremer, Vincent Ramseyer et Manuel Tichy. C’est peut-être bien pour ça qu’on ne savait pas non plus que Lourd Comme L’Air eut une suite. Enfin, pour tout dire, personne ne l’a su et l’histoire dArtisan est un brin rocambolesque. L’album fut perdu puis retrouvé bien après dans les archives du studio où il avait vu le jour, produit par Yves Baudhuin (aka Duke, des industriels belges Noise Gate) qui y tient d’ailleurs la basse à l’occasion puisqu’à cette époque, Alexandre Becker est déjà ailleurs.

La mue s’est poursuivie. Artisan n’a que peu de points communs avec ses deux prédécesseurs et pourtant tout l’y ramène. Il y a vraiment une logique lorsqu’on écoute les trois à la suite. L’électro, sur Artisan, a tout envahi mais n’a pourtant pas effacé le reste. La guitare reste angulaire et on retrouve bien la syntaxe si particulière du groupe. La voix, jusque-là pleine de morgue et un brin déshumanisée à certains moments, à poil et presque susurrée à d’autres, a laissé tomber le mégaphone et avance désormais sans artifices. Stigmate d’un très prolixe monologue intérieur, elle balance ses mots taillés au scalpel sur un ton généralement monocorde et désabusé. Le climat général s’est largement apaisé mais les morceaux n’en restent pas moins étranges. Tour à tour résignés (Tu L’Auras) ou plus écorchés (Ma Carte À Puce ou Statique), en permanence coincés dans un clair-obscur particulièrement chiadé, ils parcourent le bitume sans but précis mais avec élégance et dessinent un itinéraire urbain abstrait sous un ciel de traîne lourd et poisseux. La balade est sombre, les idées rejoignent le moral dans les chaussettes et le propos tranche avec une musique pour le moins sèche et introvertie. Certes, Hems a lissé ses échardes et abandonné ses banderilles soniques mais les morceaux, ainsi mis à nu, résonnent encore d’une trouble et morne vibration étonnamment palpitante. La basse s’en va souvent explorer les tréfonds, à l’image des ondes moribondes habillant le très ténu Comme Tombé Du Ciel par exemple, l’ossature synthétique semble la plupart du temps à l’agonie mais refuse pourtant de capituler et tatapoume/tintinnabule à qui mieux mieux (Écarte-Toi en ouverture, La Nuit Noire plus loin ou encore Ma Carte À Puce), la guitare recouvre l’ensemble de sa belle élégance. Elle ne s’énerve jamais mais construit un réseau sec et hypnotique dont il est bien difficile de s’extirper. C’est tout à la fois très cérébral et complètement spontané, Hems taille à la serpe dans l’écorché et pose ses tripes sur la table jusqu’à ce qu il ne reste plus qu’un squelette dont la force demeure pourtant intacte.

Cette fois-ci, c’est le noir qui habille l’arrière-plan. Une croix rouge s’en détache en même temps que les capitales d’imprimerie. Les pensées sombres et le sang, mis en exergue par une architecture chiche qui suggère beaucoup. Ainsi, après Lourd Comme L’Air, Hems était loin d’avoir tout dit et quels que soient ses habits, il restait également pertinent. On ne saurait trop remercier Atypeek Music d’avoir exhumé cette perle bien noire qui, un paquet d’années plus tard, garde la même pertinence. Très actuel, Artisan s’en va rejoindre sans discussion possible ses deux aînés sur lesquels le temps ne semble avoir aucune prise.

Magnifique.

Chroniques - 19.02.2017 par leoluce
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 20 septembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends