Le streaming du jour #1552 : Allister Sinclair - ’Microsoft Error Picture Show’

Linge Records repart du bon pied (d’étendoir à serviettes) en cette année 2017 avec ce nouveau long format de l’ex Mr. Erk Allister Sinclair, dont la techno ludique et bricolée passe encore un pallier dans le dada, le décadent, le décalé tout en faisant preuve d’une redoutable efficacité sur les dancefloors improvisés de nos salons.

Trois ans et des poussières (d’étoiles) après Street Fight on Mars, le Montpelliérain reste fidèle au label de Lucien DallAge, humour oblige à en juger par les descriptifs joyeusement anti-conformistes des deux disques, que l’on jurerait coulés de la même plume. Sur ce Microsoft Error Picture Show d’une maîtrise branque inversement proportionnelle à la laideur made in paintshop de sa pochette, on le retrouve en héritier jouisseur et détraqué du Mr. Oizo de la grande époque de Moustache - celui qui avait digéré toutes les 90s du label Warp pour les recracher sens dessus-dessous - avec forces rythmiques à danser sur la tête, samples cartoonesques distordus jusqu’au malaise et autres incursions vocales absurdes tellement sorties de leur contexte que ça en devient dérangeant.

On retrouve ce chaos contrôlé des séquences de blips et de modulations générées aléatoirement (l’intro de Chien avant que le morceau vire au crescendo trance de rave nazillonne en costumes d’époque ; la transition ambient et aquatique Indian On Tape), ces éclats de dinguerie qui sortent la techno de ses gonds (le morceau titre et ses rires hystériques transformés en drones psyché), cette fascination assumée pour les animaux de compagnie et la kosmische wave des années 80, cet imaginaire SF geek raccord avec la dimension résolument DIY des enregistrements du bonhomme (Rocket Science et ses réminiscences déglingo de l’ère Fred et Jamy) mais cette fois les morceaux s’emboîtent et mutent avec un tel naturel siphonné qu’il en devient presque impossible de morceler l’écoute, happés que l’on est par ces sonorités à la croisée du cheap dégénéré, du savant fou et du déliquescent n’ayant de Trompicool que le nom.

Qu’il te détraque un piano en 4x4 névrotique sur 7 minutes pleines d’arythmies sinoques (Brain Piano), passe au shaker techno old school et BO de série B d’horreur imaginaire (Horror Cocktail), démantibule musiques classique et orientale façon Orange Mécanique meets Les Mille et Une Nuits (Alladin) ou trolle les discothèques à coups de minitel (Trolé), le délire n’est jamais gratuit mais toujours au service d’une atmosphère cohérente dans sa démence, cette d’une piste de danse pour magiciens morbides d’une technologie moribonde et pourtant pleine de dérèglements intrigants.

A découvrir chez Linge en téléchargement gratuit avec cassette maison pour 5 euros en cas d’affinité, chez nous ça l’a fait mais il faut certainement être un peu malade dans sa tête.


Streaming du jour - 10.05.2017 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Allister Sinclair sur IRM

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 17 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends