Le streaming du jour #1584 : Norset.d - ’Remix’

Depuis la démocratisation de l’exercice voici quelques décennies, certains artistes ont trop systématiquement recours à des albums de remixes qui n’apportent finalement pas grand chose sur le plan musical.

Mais comme il ne demande que peu d’efforts aux auteurs de l’album initial, qu’il offre une couverture à d’autres artistes plus confidentiels et que les fans absolus sont prêts à verser quelques deniers supplémentaires, le concept se développe.

Heureusement, s’agissant de Norset.d, ces écueils sont évités pour deux bonnes raisons : les artistes qui le revisitent bénéficient d’une reconnaissance supérieure à la sienne et l’EP est uniquement disponible en streaming sans qu’il ne coûte quoi que ce soit aux auditeurs.

Remix se compose de quatre des cinq titres figurant sur l’EP homonyme sorti il y a tout juste un an sur Chez.Kito.Kat. Et s’il s’agissait de l’une des rares sorties du label à ne pas bénéficier d’un retour dans nos colonnes, la publication de Remix nous permet de réparer cette injustice d’autant plus grande que les compositions de Norset.d, à l’instar d’un premier EP lui aussi homonyme dévoilé en 2013, semblent gagner en profondeur à mesure que le temps passe.



Sur Remix, seul Disciples ne fait pas l’objet d’une reprise, et cela s’entend tout à fait puisque, avec Bother, il s’agissait du titre le moins intense des cinq. Norset.d fait confiance à trois compagnons de route du label Chez.Kito.Kat ainsi qu’au jeune Messin Ginger McCurly.

Mr Bios joue la carte de la profondeur en attribuant à FnctnL une dimension sombre et caverneuse qui évoque parfois même le registre de la psychopathologie. L’auditeur se retrouve confronté à une version dystopique de lui-même.

Si Dream Scapes débute de manière assez fidèle au titre originel, il s’enrichit sur la version de Ginger McCurly d’un piano à l’influence néoclassique apparaissant d’abord seul à l’occasion d’un break avant de se mêler à la rythmique et aux effets synthétiques dans un élan proche des travaux de Moby.

Pour sa part, s.h.i.z.u.k.a fait comme à son habitude des miracles en rétrécissant de moitié ou presque une odyssée de près de neuf minutes qui évoquait plutôt l’univers névrotique du label n5md pour l’amener vers quelque chose de plus Warpien. S’il fallait choisir une orientation parmi celles-ci, il s’agirait clairement d’un problème de riche.

Enfin, l’ambient granuleuse et planante de Bother est revisitée par celui dont on n’espérait plus qu’il enfile de nouveau le bleu de chauffe. Dog Bless You, auteur en 2012 de l’inégalable Ghosts & Friends, n’avait plus rien sorti depuis 2015 et The Daily Drunk Home Back, titre figurant sur la compilation Kito Sounds 7. C’est avec un plaisir non dissimulé que l’on retrouve les nappes synthétiques, cotonneuses et entêtantes sans jamais se départir d’un aspect lugubre, du Français exilé depuis quelques années en Louisiane. Le travail sur la rythmique est absolument sensationnel et Samuel Ricciuti donne une toute autre tonalité à ce titre désormais dénué de candeur qui, il faut bien l’avouer, s’en trouve largement enrichi.

En somme, si Norset.d était un EP tout à fait intéressant - bien que moins fondamentalement indispensable que certains de ses compères de label - Remix en constitue un précieux pendant démoniaque.


Streaming du jour - 11.06.2017 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Norset.D sur IRM

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 20 février 2019


Sulfure Festival

surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends