Bvdub - Heartless

Il y a quelques mois, nous évoquions le Epilogues for the End of the Sky que Bvdub publiait chez Glacial Movements Records. Décidément très prolifique, l’Américain a déjà eu le temps de nous abreuver d’une nouvelle production intitulée Heartless.

1. Sleepless
2. Nameless
3. Flawless
4. Limitless
5. Faceless
6. Painless
7. Dreamless
8. Heartless

date de sortie : 15-09-2017 Label : n5MD

Paru chez n5MD, l’un des trois labels ayant ses faveurs avec Home Normal et donc Glacial Movements Records, le vingt-neuvième disque de Brock Van Wey le voit poursuivre une œuvre à la fois rêveuse et arythmique.

Pensé initialement comme le reflet d’improvisations effectuées lors d’une série de lives, Heartless s’est finalement étoffé. Bvdub s’est aperçu que ce qu’il composait le dépassait, ce qui s’explique peut-être par cette prise de distance avec une quête esthétique à laquelle il n’accorde plus d’intérêt, en témoigne cette note de Lao Tzu figurant dans la pochette de l’album et stipulant que « The truth is not always beautiful, nor beautiful words the truth ».

La quête de la beauté – ou le refus de celle-ci – n’est même pas l’idée centrale de Heartless. La vérité, la réalité et l’authenticité semblent constituer des sujets autour desquels l’Américain se questionne actuellement. Régulièrement, des esprits filaires se croisent et s’entremêlent sur ce disque plus massif que jamais, qui prend forme autour d’arrangements électro-acoustiques viscéraux et de voix angéliques noyées – quoi qu’elles le soient moins qu’à l’accoutumée – derrière des effets de réverbération évanescents.

A défaut d’être transparent, Brock Van Wey utilise moins d’artifices. Les mélodies douces-amères se dégagent, comme sur un Limitless dont le piano cristallin mélancolique survole des voix féminines plaintives et torturées. Acte de contrition suivant une période de turbulences, ce morceau majestueux fait jaillir chez l’auditeur de multiples questionnements autour de sa capacité à faire le bien.


Pourtant, Heartless ne cherche nullement à donner de leçons et si une dimension mystique peut apparaître, il ne fait pas l’éloge d’une quelconque philosophie de vie. A défaut d’être tout à fait rationnel, il se dégage quelque chose de l’ordre de la matière, parfois impalpable mais bien réel. En ce sens, Nameless peut donner le sentiment d’une tempête dans les méandres de la mémoire interne sur laquelle apparaît finalement un chant plus clair que d’ordinaire, si bien que c’est l’héritage de Mark Hollis qui finit par planer sur ce titre.

Gracieux sans implorer quoi que ce soit, Heartless constitue une odyssée cérébrale ambient – voire post-dubstep au début du disque – considérant la conscience des corps, même dénués de cœur, comme l’un des piliers de l’esprit. Gageons qu’avec cet album plus humble que jamais, Bvdub parviendra à convaincre les quelques sceptiques qui hantent les travées de notre rédaction.


Chroniques - 18.10.2017 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Bvdub sur IRM