Damu The Fudgemunk - Rare & Unreleased

1. Pyramids To The Ghetto (Instrumental)
2. Openings (Instrumental)
3. Know The Meaning Remix (Instrumental)
4. What’s Next Remix (Instrumental)
5. Rather Unique 2 (Instrumental)
6. Dreamy Vibes (Dreaming Instrumental)

2019 - Redefinition Records

Sortie le : 29 mars 2019

Damu, magicien du hip-hop instru

Même en mode fonds de tiroirs, le beatmaker de Washington D.C. qui mettait en musique il y a deux ans l’album du grand retour d’Insight, Ears Hear Spears, sur son propre label Redefinition Records, reste l’un de ces incontournables pourvoyeurs d’atmosphères vintage et mélancoliques comme le hip-hop instru n’en compte malheureusement plus guère. DJ Shadow boom bap, Damu imprime d’emblée à cette collection de raretés sa signature caractéristique, toute en vibraphone éthéré et en basses profondes, via un Pyramids To The Ghetto parfaitement épuré que l’on avait pu découvrir avec Insight au mic sur ce double single aux allures de bonus de l’album sus-nommé. Quant à Openings, c’est du flow de Raw Poetics croisé sur le génial Vignettes qu’il se passe volontiers, y perdant quelques intonations raggae pour gagner en élégance cinématographique, entre effluves orientales et cordes à la Joe Hisaishi.

Les jazzy Know The Meaning Remix et Rather Unique 2, on les avait trop épuisés sur Ears Hear Spears et cette fois les interventions d’Insight viennent à manquer, laissant quelques breaks un peu vides, moins gênant dans le cas de What’s Next issu de leur Travel At Your Own Pace de 2007, le remix guitare/orgue au groove irrésistible s’avérant inédit et de haute volée. Qu’importe, c’est surtout par son final Dreamy Vibes, remix d’un single méconnu qui gagne près de... 10 minutes dans l’affaire, que Rare & Unreleased se hisse au rang d’indispensable : le genre de morceaux pour lesquels Damu tutoie le génie d’un Crookram au firmament des beatmakers instru, à la fois léger et d’une classe innée comme un vieux ATCQ circa People’s Instinctive Travels and the Paths of Rhythm et capable des plus délicates et merveilleuses mutations sur son quart d’heure de progression où des sifflements à la Morricone se frottent à la subtile magie du scratch d’un DJ Premier et à l’anachronisme enchanteur du fameux vibraphone du titre, faisant écho au morceau d’ouverture pour justifier à lui seul la sortie en LP de cette collection qui dans une autre dimension aurait très pu être un album à proprement parler.


( RabbitInYourHeadlights )


Disques - 26.04.2019 par RabbitInYourHeadlights
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 22 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends