Efrim Manuel Menuck & Kevin Doria - are SING SINCK, SING

1. Do The Police Embrace ?
2. Fight The Good Fight
3. A Humming Void An Emptied Place
4. Joy Is On Her Mount And Death Is At Her Side
5. We Will

2019 - Constellation

Sortie le : 10 mai 2019

Efrim Manuel Menuck & Kevin Doria

L’an dernier, alors qu’il défendait sur scène le très abouti Pissing Stars dont nous louions les crescendos dronesques dissonnants et habités, Efrim Menuck a fait appel à Kevin Doria, membre des projets Total Life, KGD ou Growing. L’alchimie a rapidement été évidente et le duo a commencé, durant l’hiver 2017, à composer quelques pistes à partir de six oscillateurs et trois amplis.

are SING SINCK, SING, naturellement relayé par Constellations puisqu’il s’agit d’un disque réalisé par le frontman de Godspeed You ! Black Emperor et Thee Silver Mt Zion, est le résultat de cette collaboration qui sera probablement renouvelée, le duo annonçant qu’il s’agit ici du "premier volume de compositions forgées à partir de cette fusion à la fois fébrile et fertile : une poésie antifasciste de sons qui se divise en cinq pistes massives conduites par d’épais drones et ostinatos". Le communiqué de presse indique par ailleurs que SING, SINCK SING sera le prochain nom du duo pour ces enregistrements à venir.

Mais restons-en au présent, tant ce premier album mérite que l’on s’intéresse à lui. Les musiciens expliquent avoir commencé l’enregistrement de ce disque à Mexico de manière très rapide, alors que les voitures de policiers assuraient des rondes aux alentours. A l’issue des neuf minutes de l’introductif et vénéneux Do The Police Embrace ?, post-rock dronesque où les voix se lovent les unes dans les autres, ce sont d’ailleurs des sirènes de police qui assurent la progression vers un Fight The Good Fight plus léger de prime abord et revêtant une dimension psychédélique certaine, les synthétiseurs luxuriants épousant les bourdonnements pour mieux étouffer les voix qui tentent de percer.

Cette ambiance se prolonge, de manière toutefois plus obscure, avec A Humming Void An Emptied Place et atteint même des profondeurs apocalyptiques avec les drones d’un Joy Is On Her Mount And Death Is At Her Side sur lequel les plaintes saturées d’Efrim Menuck semblent peiner à trouver une issue dans un environnement ouvertement hostile. Saturées, les cordes qui ouvrent We Will le sont également, mais elles amènent un regain de vitalité. Un certain espoir en l’avenir ? Et pourquoi pas.

Quoi qu’il en soit, si Efrim Menuck est toujours radical dans son propos, les contraintes restrictives qu’il s’impose, que ce soit avec un nombre réduit d’instruments ou la courte durée de ce disque de seulement trente minutes, sont les bienvenues. C’est à ce prix qu’auprès de Kevin Doria, il ne répète pas les schémas adoptés avec GY !BE ou Thee Silver Mt Zion pour proposer quelque chose qui ne pourrait pas être qualifié de frais tant l’ambiance est souvent oppressante, mais suffisamment bien huilé pour servir, dans la lignée de son précédent disque solo, une colère moins scintillante qu’à l’accoutumée.


( Elnorton )


Disques - 11.05.2019 par Elnorton
 


GY !BE relance la machine entre deux échappées belles

Alors que l’on peut découvrir en streaming, encore tout chaud, le premier album solo étrange et hanté d’Efrim Menuck et que le label Constellation nous donne à entendre, toujours via Soundcloud, deux premiers extraits du nouvel opus d’Esmerine, c’est Bruce Cawdron, co-leader de ces derniers avec Beckie Foon (elle-même violoncelliste d’A Silver Mt. (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 22 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends