;background-color:#">Marc Richter - Coh B​â​le

1. Coh Bâle
2. Gesänge I
3. Geburt der Pferde
4. Der Schlaf dieser Zeit
5. Gesänge II
6. Gesänge III
7. Geisterfahrer
8. Umweltmusik
9. Stop
10. Donnerstag ohne Meer
11. Zweitausendzweiundzwanzig
12. Iechyd o Gylch
13. Hinten das Pferd
14. Europamusik
15. Scheinwerfen
16. Phantombildstörung
17. Gesänge IIII
18. Selbstportrait

2023 - Autoproduction

Sortie le : 14 juillet 2023

Un kaléidoscope expérimental aux rêveries hantées

Capable des sorties les plus viscérales comme des plus abstraites, Marc Richter, en bon héritier de Coil, continue de surprendre 17 ans après les débuts discographiques de son projet Black To Comm, entre deux aventures parallèles sous les alias Jemh Circs ou Mouchoir Étanche. En attendant At Zeenath Parallel Heavens, qui verra le jour dans un mois chez Thrill Jockey et devrait à en juger par un premier extrait très élégiaque, s’inscrire dans la continuité des morceaux les plus arrangés du gargantuesque MM∞XX Vol.1 & 2 plutôt que renouer avec les fantasmagories percussives du génial Seven Horses For Seven Kings, c’est avec un disque aux vignettes courtes et désincarnées et sous son véritable patronyme que l’on retrouvait l’Allemand cet été, aux confins de la musique concrète, de l’ambient et du glitch.

Maîtres-mots de cet onirique Coh B​â​le  : motifs répétés en flots évanescents, collages hypnotiques et contrastes entre sonorités acoustiques (voire parfois quelques percus boisées) et manipulations électroniques. Chaque morceau prend le précédent à contrepied - à l’effervescence impressionniste de Coh Bâle répond par exemple le minimaliste des choeurs synthétiques de Gesänge I, ou à l’acoustique déstructurée aux accents nippons de Geburt der Pferde, les étranges vocalises autotunées de Der Schlaf dieser Zeit. On pense pourquoi pas à Sabiwa pour cet espèce de futurisme mystique et foisonnant qui fait de la voix un instrument à part entière (Geisterfahrer, Hinten das Pferd), alors qu’à d’autres moments, l’album arpente des contrées beaucoup plus pastorales (Umweltmusik, Phantombildstörung) ou flirte avec le classical ambient (Donnerstag ohne Meer, Zweitausendzweiundzwanzig). Parfois, un certain kitsch est même de la partie (les synthés de Stop), mais les spectres qui président aux plus belles sorties du musicien hambourgeois ne sont jamais très loin non plus (Selbstportrait et ses souffles inquiétants).

En somme, un nouveau labyrinthe sonique aussi intrigant que passionnant à explorer de la part du patron du label Dekorder.


( RabbitInYourHeadlights )


- 25.08.2023 par RabbitInYourHeadlights
 


2023 en polychromie : les meilleurs albums - #45 à #31

180 albums, car si la frustration demeure de ne pas en citer 100 ou 150 de plus, c’est là que la césure s’avérait la plus supportable en cette année 2023 riche en pépites sous-médiatisées. 180 disques, car le but d’un bilan annuel, de la part d’une publication musicale quelle qu’elle soit, ne devrait pas revenir à montrer que l’on a sagement écouté la (...)