The Broken Family Band - Please and Thank You

Un an et demi après Hello Love, soit tout à fait fidèles à la productivité dont ils font preuve depuis leurs débuts en 2002, The Broken Family Band nous proposent en guise de septième album ce qui pourrait bien être l’œuvre phare d’une discographie évolutive.

1. Please Yourself
2. Salivating
3. St. Albans
4. You Did a Bad Thing
5. Cinema Vs House
6. Borrowed Time
7. Mimi
8. Don’t Bury Us
9. Stay Friendly
10. Son of the Man
11. The Girls in This Town
12. Old Wounds

date de sortie : 20-04-2009 Label : Cooking Vinyl

Si le sixième effort de The Broken Family Band, qu’on ne saurait également trop vous recommander, avait été celui de la révolution et avait vu les britanniques effectuer un virage à 90°, passant d’un univers de country-folk à des compositions pop-rock beaucoup plus énergiques, Please and Thank You est probablement celui de la confirmation d’un style qui leur va comme un gant.
Les maîtres mots adoptés pour tenir une telle cadence à l’approche de la réalisation d’un nouvel album issu d’une longue lignée ont probablement été « simplicité » et « spontanéité », et le moins qu’on puisse dire c’est que cela transparaît nettement à l’oreille. Avec des paroles certes peu recherchées mais qui participent à la décontraction du phénomène, les tableaux simplistes dressés dans chacun des morceaux s’inscrivent en terrain de jeu idéal à l’expression d’une énergie totalement libérée et parfaitement contagieuse.

Des guitares accrocheuses faisant preuve d’une netteté de son irréprochable, et une voix partiellement nasillarde sont les instruments tout trouvés à l’élaboration de ces douze morceaux pour presque autant de tubes. On ne peut que difficilement s’empêcher de brûler quelques étapes et d’évoquer avec impatience ce cœur d’album irrésistible avec You Did a Bad Thing, délicieuse pop song où le chant de Steven Adam apparaît sous son plus beau profil et glisse à merveille sur les nappes électriques délicatement posées. S’enchaîne Cinema vs House avec ses guitares cristallines, une belle rondeur de basse, des rythmiques survoltées à en faire pâlir de jalousie les Strokes et une montée en puissance jouissive pour parachever le travail. Deux pièces de choix issues des expérimentations d’un groupe qui met du coeur à l’ouvrage, évoluant avec une telle sincérité ressentie qu’on y croit pleinement et qu’on plonge tête baissée avec eux dès la première écoute.

Finalement, seule l’entame d’album permet d’entrevoir un tant soit peu de noirceur chez ces émissaires de la bonne humeur, en utilisant notamment des lignes de basse proches de celles qui font la marque de fabrique des albums de BRMC (sur Please Yourself et Salivating). La suite se déroule tout en lumière et ne manque pas de nous interpeler au détour de quelques embardées en terrain connu comme sur The Girls in This Town (The Fratellis) ou de manière encore plus flagrante sur Borrowed Time (Girls in Hawaii) et il faudrait être bien irascible pour venir s’en plaindre. Aux deux extrémités du rayon des bonnes affaires on trouvera d’un côté un énergique Don’t Bury Us, et de l’autre un très apaisant mais non moins élégant Old Wounds en guise de porte de sortie d’un album exemplaire.

A ceux qui ne jurent que par la fraîcheur d’un début de carrière, ou qui sont des témoins maintes fois établis de formations qui raclent les profondeurs d’un style qui n’a plus rien à leur offrir, The Broken Family Band saura peut-être les convaincre que maturité et hyperactivité ont également de belles choses à nous offrir.

Chroniques - 12.06.2009 par Pol
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 19 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends